Audience avec le DG de BioNTech : Macky, le G20 et la production de vaccins au Sénégal

samedi 28 août 2021 • 487 lectures • 0 commentaires

Social 2 mois Taille

Audience avec le DG de BioNTech : Macky, le G20 et la production de vaccins au Sénégal

PUBLICITÉ

Devant les présidents Macky Sall et Paul Kagamé, le laboratoire BioNTech a confirmé, hier vendredi à Berlin, en marge du sommet du Partenariat G20 Afrique, sa volonté de produire sur le continent africain tous les vaccins issus de la mise au point de ses candidats vaccins antipaludiques et antituberculeux.

Pour réduire sa recherche de sites africains, le laboratoire BioNTech envisage la production de vaccins contre le paludisme et la tuberculose au Rwanda et au Sénégal.  En marge du sommet du Partenariat G20 Afrique qui se déroule les 27 et 28 août, initiée par la chancelière allemande Angela Merkel, le président rwandais Paul Kagame, le président sénégalais Macky Sall et la présidente de la Commission de l'Union européenne Ursula von der Leyen ont rencontré hier vendredi, à Berlin vendredi, le directeur général de BioNTech, Ugur Sahin. Ce dernier a affirmé l'intention de la société de biotechnologie allemande de fabriquer des vaccins sur le continent africain. Les futurs vaccins contre le paludisme et la tuberculose seraient basés sur la technologie dite de l'Arn messager, également utilisée dans son injection Covid-19. BioNTech n'a pas précisé quand la production allait probablement commencer, la société a juste précisé que les sites seraient à proximité des centres de vaccination potentiels prévus par l'Organisation mondiale de la santé (Oms.) Selon plusieurs sites allemands, ce projet de développement d'une expertise manufacturière sur le continent africain marque une tentative à plus long terme d'éviter une répétition des inégalités de santé mises en évidence par la pandémie de coronavirus. D’autant plus que l'Oms a critiqué un écart d'approvisionnement en vaccins Covid -19 entre les pays industrialisés et les pays à faible revenu, en particulier en Afrique et que les tentatives pour mettre en place une production africaine de vaccins Covid -19 ont été limitées jusqu'à présent. Même si l'Institut Pasteur de Dakar ( Ipd ) du Sénégal a conclu ce mois-ci un accord avec la société américaine MedInstill pour la mise en bouteille de shots Covid-19, l’Ipd n'a pas encore conclu de partenariat avec un détenteur de brevet de vaccin.

PUBLICITÉ


Toujours en Afrique, Pfizer et BioNTech ont conclu le mois dernier un accord pour que l'Institut Biovac d'Afrique du Sud traite plus de 100 millions de doses par an de leur vaccin pour l'Afrique. Biovac effectuera les étapes de production finale et la mise en bouteille à base de substance active importée dans un processus appelé remplissage et finition. Johnson & Johnson (J&J) a fait appel au fabricant de médicaments sud-africain Aspen Pharmacare également pour le processus de remplissage et de finition basé sur la substance vaccinale importée. L'Institut Pasteur du Sénégal est la seule installation en Afrique produisant actuellement un vaccin, - un vaccin contre la fièvre jaune - qui est pré-qualifié par l'Oms, qui exige des fabricants qu'ils respectent des normes internationales strictes. Le triste constat est qu’actuellement moins de 10 fabricants africains qui produisent des vaccins contre n'importe quelle maladie, en Egypte, au Maroc, au Sénégal, en Afrique du Sud et en Tunisie. Ainsi, l’Ue a déclaré vouloir soutenir le développement de centres de production de vaccins dans au moins trois pays africains, dont le Sénégal et l'Afrique du Sud.

PUBLICITÉ


«Le Sénégal et le Rwanda dans la liste des pays pressentis pour ne pas atteindre les objectifs de vaccination requis, avant 2023»
Pour discuter du choix porté sur leur pays, les présidents Kagame et Sall se sont rencontrés en Allemagne en prélude à un sommet sur l’Afrique. Ils ont eu des échanges dans ce cadre pour une prise de position commune sur le projet de production de vaccins anti-covid-19 en Afrique, selon la télévision publique (Rts). Le sujet ne manque pas d'importance, puisque selon un rapport publié par The Economist Intelligence Unit, seulement 7 pays africains parviendront à vacciner complètement (donner toutes les doses requises) leur population, d’ici fin 2022, avec une perte de l'ordre de 3 pourcentages de points sur le Pib du continent. Et le Sénégal et le Rwanda sont dans la liste de ceux pressentis pour ne pas atteindre les objectifs de vaccination requis, avant 2023. Ainsi, la question de la vaccination anti-covid-19 en Afrique devrait figurer en tête des éléments de discussion entre la chancelière allemande sortante Angela Merkel, les 12 pays africains membres de ce forum de discussion et les autres institutions invitées comme la Banque africaine de développement (Bad) ou encore le Fonds monétaire international (Fmi). «Nous devons faire face à la pandémie ainsi qu'à ses implications économiques. Un accès suffisant aux vaccins, aux produits thérapeutiques et aux outils de diagnostic du covid-19 sera une condition préalable essentielle à la reprise», peut-on lire en premier lieu des conclusions du groupe consultatif pour l'Afrique dans le cadre de ce forum. Le financement de la production de vaccins devrait également être abordé. Selon des propos rapportés par Bloomberg fin juillet 2021, Paul Kagame pense qu'une synergie des ressources serait la clé, et un partenariat avec le Sénégal était déjà évoqué. A Dakar, on a déjà avancé sur les premiers partenariats, mais il faudra mobiliser encore plus de ressources.
CODOU BADIANE

Cet article a été ouvert 487 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial