samedi 21 novembre 2020 • 3953 lectures • 1 commentaires

Affaire de moeurs : L'Imam, sa copine, les images obscènes et la  prière de Vendredi

Faits-Divers 6 jours Taille

Affaire de moeurs : L\'Imam, sa copine, les images obscènes et la  prière de Vendredi

El H. A. Diallo, imam au quartier «Khar-Yalla» de Dakar, prêcheur et maître coranique, a traîné son ex-amante à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour une affaire de mœurs. Le religieux reproche à S. M. Ndiaye d’avoir divulgué des images obscènes de leur intimité.

Quand un imam se fait photographier en pleine intimité par sa maîtresse, la divulgation de la vidéo ne peut qu’être scandaleuse. Et lorsque l’histoire atterrit à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, l’éclat de la honte est plus que retentissant. C’est ce qui s’est passé hier vendredi 20 novembre 2020, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Une salace histoire de mœurs a flanqué à l’imam, EL. H. A. Diallo, la honte de sa vie. Malgré son statut de partie civile, il était aussi mal à l’aise que la prévenue. Et le substitut du procureur ne lui a pas donné la possibilité de garder la tête haute dans cette affaire de diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs l’opposant à son ex-maitresse, S. M. Ndiaye. Qui a osé immortaliser ce moment censé être privé. Qu’est-ce qui s’est passé dans cette affaire ? Le prêcheur, vivant au quartier «Khar-Yalla» de Dakar, entretenait une relation amoureuse avec la dame. Un jour, alors qu’elle lui caressait ses parties intimes dans sa voiture, Soda a immortalisé ce moment. Des photos que la dame a envoyées au jeune frère de son ex-chéri. Ce qui avait défrayé la chronique à Grand-Yoff. Pour laver son honneur, l’imam a porté plainte. Et la dame s’est retrouvée avec une peine de 3 mois avec sursis.


L’imam prétexte la retraite spirituelle pour voir sa maîtresse, sa femme pète un câble


Mais si la femme a partagé les images obscènes, c’est parce qu’elle a réagi à une provocation. Avant ce scandale, El H. A. Diallo entretenait, en toute discrétion, une relation amoureuse avec S. M. Ndiaye. Durant 8 ans, l’imam subvenait aux besoins de sa maîtresse et lui a même trouvé du travail. Mais, le charme s’est brisé lorsque la famille et les disciples de Diallo ont découvert le pot aux roses. Ce qui a provoqué une polémique au sein de l’Institut islamique El. H. A. Diallo. Pour garder son honorabilité, il nie sa relation avec la dame. Même si Soda, qui entretenait de bons rapports avec la famille du religieux, en a confirmé l’existence. Soda décide alors de mettre fin à cette mascarade. Et rompt. Mais, toujours amoureux de sa chérie, l’imam Diallo réussit à la reconquérir. Loin des indiscrétions, le couple se voit dans les auberges et dans l’intimité de la voiture de son amoureux. Seulement, tout éclatera le jour où l’imam a prétexté une retraite spirituelle pour voir S. M. Ndiaye. La femme de l’imam pique une crise de jalousie, persuadée que son mari la trompe. Elle appelle Soda et la traite de tous les noms d’oiseaux. Pour cimenter sa crédibilité, Diallo nie encore. Avançant son statut d’homme religieux, il jure à sa femme qu’il ne se rabaisserait jamais à ce niveau. Pis, il dit aux membres de sa famille que c’est Soda qui lui fait la cour. Alors, pour laver son honneur, la fille transfère à  l’épouse de l’imam une partie de sa conservation avec son époux sur WhatsApp. Et envoie des images obscènes au jeune frère d’El. H. Diallo.


«Il m’a demandé de lui faire plaisir avant qu’il n’aille à la mosquée»


Une riposte de Soda qui lui a valu ses déboires judiciaires. En détention préventive depuis le 18 novembre 2020,  la prévenue a fait face au juge des flagrants délits de Dakar. A la barre, elle reconnaît les faits. Âgée de 33 ans, l’infirmière soutient avoir divulgué les images pour rétablir son honneur. Forme généreuse, dissimulée sous un meulfeu (voile mauritanien) vert, elle retrace l’histoire : «Il était mon petit ami. Mais, il n’a jamais voulu s’afficher avec moi. Et dit partout que c’est moi qui lui fait la cour», lance-t-elle avant d’être interrompue par le juge. «Vous êtes là à cause des images. Comment les avez-vous prises ?» Sereine, la prévenue rétorque : «C’était un jour de vendredi. Il devait diriger la prière. Il est venu me voir devant mon domicile. Je suis entrée dans sa voiture. Il m’a demandé de lui faire plaisir avant qu’il n’aille à la mosquée. C’est ainsi que je me suis mise à caresser ses parties intimes, prenant des photos avec mon téléphone portable. Quand sa femme m’a appelée pour m’injurier, j’ai envoyé les images à O. Diallo son frère. El H. A. Diallo (l’imam) savait que j'avais pris des images lors de notre intimité. Je voulais juste rétablir mon honneur. C’est pourquoi j’ai envoyé les photos à son jeune frère.»


«Elle détient mes images obscènes et au restaurant…»


Tout de blanc vêtu, le plaignant, El H. A. Diallo, n’a pas manqué de courage. Il a raconté au tribunal cette partie sombre de sa vie. Seulement, l’imam reproche à son ex de l’avoir filmé à son insu. D’une voix basse, il s’explique : «C’est vrai qu’on était en couple. Mais je ne savais pas qu’elle filmait nos moments d’intimité. J’ai beaucoup investi dans notre relation. C’est moi qui lui ai trouvé un travail. Mais, à cause de 4 mille FCfa, j’ai rompu la relation. Car, un jour, lors d’un dîner au restaurant, elle m’a demandé d’acheter un plat à sa maman. J’ai refusé. Elle s’est mise en colère. Et, elle a menacé de publier mes images obscènes et une vidéo de moi, dans leur salon», raconte le prêcheur. Loquace, Soda réplique : «Je ne l’ai jamais menacé. Je ne faisais que le taquiner en le filmant dans notre domicile. Parce qu’il ne voulait pas que les gens découvrent notre relation. » Poursuivant, l’imam dira : «Si je viens la voir dans la discrétion, pourquoi  filme-t-elle cela ?» 


Les débats clos, l’imam n’a pas demandé de réparation. Tout ce qu’il veut, c’est qu’elle lui rende une clé Usb lui appartenant, contenant des versets de Coran et des documents secrets. Mais, la fille dit l’avoir égarée. Pour la parquetière, l’imam donne une mauvaise image de l’Islam. Après avoir sermonné et donné des conseils au plaignant, elle a requis une peine de 6 mois ferme contre la prévenue, Soda qui a demandé pardon à son ex-amant et sollicité la clémence du tribunal. Une requête qu’elle obtient avec la peine infligée.


Doudou Diop

#Moeurs #Imam #Imagesobscènes

Cet article a été ouvert 3953 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

1 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iPhone et iPad
*Bientôt disponible sur Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial