Bébés morts calcinés : les raisons de l'audition ratée de l'ex-directeur de l'hôpital de Linguère

mercredi 19 mai 2021 • 476 lectures • 1 commentaires

Social 1 mois Taille

Bébés morts calcinés : les raisons de l\'audition ratée de l\'ex-directeur de l\'hôpital de Linguère

Du nouveau dans le dossier des bébés morts calcinés à l’hôpital Maguette Lo de Linguère. Le juge d’instruction devait faire face hier, aux trois personnes visées par le parquet du tribunal de Louga. Mais, l’audition n’a pas eu lieu.

Le dossier relatif au violent incendie survenu le mois dernier, à l’hôpital Maguette Lo de Linguère et ayant causé la mort de quatre bébés prématurés, est loin d’être clos. Le juge du 2e cabinet d’instruction près le tribunal de grande instance de Louga qui avait hérité de l’affaire, a posé un acte fort allant dans le sens de poursuivre les docteurs Abdou Sarr et Khady Sy (respectivement ex-directeur de l’hôpital et ex-responsable du service de la Pédiatrie) et Fatou Seck, aide-infirmière, chargée de la surveillance de l’unité de néonatalogie. Selon des informations de L’Observateur, le magistrat instructeur, voulant fonder sa conviction sur les chefs d’inculpation d’homicide involontaire et de blessures involontaires que le parquet avait retenus contre les trois mis en cause, leur avait adressé une convocation. Mais le face-à-face qui était prévu hier (18 mai) n’a pas eu lieu. La raison : les mis en cause n’ont pas reçu les mandats de comparution. Les docteurs Abdou Sarr et Khady Sy (respectivement ex-directeur de l’hôpital et ex-responsable du service de la Pédiatrie) et Fatou Seck, aide-infirmière, chargée de la surveillance de l’unité de néonatalogie n’auraient pas reçu les convocations qui leur étaient destinées. Mais, ils sont loin d’être tirés d'affaires. Toutes les dispositions seront prises pour que cette audition de première comparution ait lieu dans les plus brefs délais. Au cas où ils refuseraient de répondre au juge d’instruction, après qu’ils ont reçu leur mandat de comparution, un mandat d’amener pourrait leur être décerné. Et à l’issue du face-à-face avec le magistrat instructeur en charge de leur dossier, ils pourraient être placés sous mandat de dépôt ou sous contrôle judiciaire assorti d’une mise en liberté provisoire. 
 
Le 24 avril dernier, à l’hôpital de Linguère, quatre bébés prématurés ont perdu la vie dans des conditions dramatiques. Quelques heures après l’incendie, le parquet de Louga a donné mandat à la brigade de gendarmerie de Linguère d’ouvrir une enquête pour situer les responsabilités. Après avoir recueilli les premiers indices, les hommes en bleu ont auditionné le chef du service maintenance de l’hôpital Maguette Lô, le responsable du service de la Pédiatrie, la chargée de la surveillance de l’unité de néonatalogie, le directeur de l’hôpital… Le dossier sera ensuite transmis au procureur de la République près le tribunal de grande instance de Louga. Sur la base des éléments à sa disposition, le maître des poursuites, visant le trio cité plus haut, a saisi le juge d’instruction d’un réquisitoire d’instruction dans lequel il vise les délits d’homicide involontaire et de blessures involontaires.
ABDOU MBODJ

Cet article a été ouvert 476 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

1 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial