Démarrage de la saison : Lutte, une discorde à huis clos

mardi 23 février 2021 • 44 lectures • 0 commentaires

Sports 1 semaine Taille

Démarrage de la saison : Lutte, une discorde à huis clos

La lutte est autorisée à organiser ses événements à huis clos. Mais les promoteurs restent dubitatifs. A l’exception de Gaston Mbengue. 

A l’heure du démarrage, il y avait un tas d’exigences du huis clos désarmant. Et si le promoteur Gaston Mbengue est prêt à se jeter à l’eau en premier pour organiser le 4 avril prochain, parce qu’il a les moyens de contourner les difficultés, ses collègues ne sembles pas logés dans la même enseigne. Pape Abdou Fall et certains de ses camarades promoteurs ne sont pas prêts à s’engager dans un huis clos suicidaire. «L’idée était de voir comment faire bénéficier les promoteurs d’un fonds pour les aider à faire face. Des combats ont été ficelés et, à une semaine de leur tenue, la pandémie est arrivée. Pour la reprise, le ministère des Sports et le Cng avaient entamé des discussions et nous avaient dit de faire des propositions ou des devis par rapport à nos événements», indique le président de l’Association des promoteurs de la lutte, qui était  pourtant à sauter sur le huis clos, mais a peur du risque. «Sans l’appui de l’État, les promoteurs ne pourront pas organiser de combats», précise Pape Abdou Fall.
Pour ce soutien de l’État, le Cng promet avoir transmis le dossier qui est en cours de traitement. 
D’ailleurs, une rencontre est prévue ce matin entre le Comité national de gestion de lutte (Cng) et les promoteurs de lutte pour voir les perspectives qui s’offrent à eux pour une bonne reprise des activités dans l’arène. «Après cette rencontre avec le Cng, nous aurons peut-être la bonne information», espère le président des promoteurs de lutte. D’ailleurs, Gaston Mbengue attend la tenue de cette réunion pour savoir où mettre le pied. 
Selon le Cng, cette réunion avec les promoteurs a pour objet de voir comment débuter les activités à partir du 1er mars prochain. «Les promoteurs qui ont leurs propres moyens et qui sont en mesure d’organiser à huis clos,  seront encadrés, accompagnés pour la réussite de leurs manifestations», explique le porte-parole du Cng.  Adama Bopp annonce, par la même occasion, la tenue d’une réunion technique jeudi, avec le vice-président de la lutte avec frappe et de la lutte sans frappe, le président de la Commission d’organisation, le président de la Cca, le Dtn pour, voir les modalités techniques. Il conclut : «Cette réunion aura pour but de définir combien de personnes seront acceptées dans l’enceinte : les accompagnants, les batteurs, les micros centraux, les chanteurs, les managers et le nombre d’accréditations.»
JULES SOULEYMANE NDIAYE

Cet article a été ouvert 44 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial