mercredi 6 janvier 2021 • 85 lectures • 0 commentaires

Dialogue national : La validation des 9 experts pour l'audit du fichier encore en attente

Politique 1 semaine Taille

Dialogue national : La validation des 9 experts pour l\'audit du fichier encore en attente

Prévue mardi dernier, la réunion du Comité de suivi du dialogue politique reportée à cause du décès du Général Mamadou Niang, président de la Commission politique, s’est tenue hier. La rencontre avait pour objet de valider le choix des experts pour l’audit du fichier et l’évaluation du processus électoral. Absent du dialogue, le Parti démocratique sénégalais (Pds) exige une place pleine et entière dans le processus d’audit du fichier électoral et de réforme des lois électorales.

La commission du dialogue politique du Dialogue national continue à s’imposer. Son comité de suivi s’est réuni dans la journée d’hier mardi pour discuter de la validation du choix des experts qui seront chargés de l’audit du fichier et de l’évaluation du processus électoral. Le cabinet Era qui a recruté les experts indépendants, a présenté son travail aux différents pôles qui constituent la commission. Un début au long processus de validation, puisque la réunion d’hier n’a pas débouché sur un choix. Déthié Faye est le représentant du pôle des non-alignés et membre du comité de suivi. Il explique : «Le cabinet devait nous présenter son travail pour validation. C’est un travail un peu long, ce qui fait qu’on n’a pas encore épuisé l’examen de toutes les questions. Le travail va se poursuivre. Il y aura d’autres rencontres pour étudier le reste des dossiers. On a commencé les échanges et ça va se poursuivre.» Ainsi, une autre rencontre est prévue en début de semaine prochaine. «Dans les termes de référence, il est précisé qu’il nous faudra neuf experts, mais nous n’avons encore, pour le moment, aucune information sur les profils. Rien n’a encore été validé. Ce sera cinq pour l’évaluation et quatre pour l’audit du fichier, mais le travail ne fait que commencer. Tous les pôles étaient présents. Ce n’est pas facile puisqu’il faut s’entourer de toutes les garanties, avant de poser les actes définitifs. Les choses se déroulent plutôt bien et toutes les entités sont engagées à faire de sorte qu’on puisse réussir l’opération.» Ce qui, selon lui, laisser présager de meilleurs lendemains pour les travaux de leur commission. «Nous allons poursuivre l’étude des dossiers pour une sélection définitive. Sur la base des débats que nous avons eus aujourd’hui, on devrait pouvoir, s’il n’y a pas de contretemps, terminer à la prochaine rencontre.»


Mais si globalement les travaux de la commission politique ont connu un succès, le chef de l’Etat et son ministre de l’Intérieur et de sécurité publique devront gérer un autre problème. Absent depuis le début du Dialogue national, le Parti démocratique sénégalais s’invite, contre toute attente, dans la danse. Dans une lettre adressée à Antoine Felix Diome, le parti de Me Wade exige sa participation à l’audit du fichier électoral et aux réformes de la loi électorale. Sous la plume de son Secrétaire général national adjoint chargé des élections, Dr Cheikh Dieng, par ailleurs maire de la Commune de Djida Thiaroye Kao, le Pds justifie son désir par le fait que depuis sa création en 1974, le combat pour un processus électoral libre et transparent permettant l’expression sincère du suffrage du peuple, seule garantie pour disposer d’institutions politiques légitimes et d’une paix sociale durable et instaurer une véritable démocratie, a toujours été sa bataille. Ainsi le Pds rappelle au régime de Macky Sall que le fichier électoral ne peut garantir la transparence que si les formations politiques sont associées à son élaboration, en particulier le parti d’opposition le plus représentatif du pays, seul parti fort d’un groupe parlementaire d’opposition au sein de l’Assemblée nationale. Sur cette base, Me Wade réclame une place pleine et entière dans le processus d’audit du fichier électoral et de réforme des lois électorales, en dehors de toute coalition de partis. «L’ensemble des partis politiques présents à l’Assemblée nationale et qui ont donc fait la preuve de leur représentativité électorale, devraient être représentés au moins par deux (2) membres au sein de la commission chargée du pilotage de l’audit», lit-on dans le document.


Toujours dans sa note, le Pds exige la mise en place d’un organe véritablement indépendant pour organiser les élections, la validation publique des listes électorales par les populations et l’accès des partis politiques à la liste et carte électorales définitives bien avant le scrutin. En participant aux travaux, le Pds y soulignera sûrement le cas Karim Wade, dont le rejet de la candidature en 2019 leur est resté en travers de la gorge. «Vous avez persisté dans cette démarche unilatérale pour imposer à la classe politique, un parrainage fantaisiste, malgré l’avis défavorable unanime de tous vos adversaires et des démocrates. Ce parrainage dont le résultat avait été annoncé d’avance par le Premier ministre de l’époque, a permis d’éliminer injustement la plupart des candidats pour n’en garder que ceux que vous aviez choisis d’avance et dont d’ailleurs, certains viennent de rejoindre la majorité présidentielle. A cela, s’ajoute l’élimination des principaux challengers du candidat-Président, au moyen du bras armé de la Justice, privant ainsi Messieurs Karim Wade et Khalifa Sall de leur droit légitime à participer à l’élection présidentielle. Le Parti démocratique sénégalais, voyant que le Frn était instrumentalisé à des fins politiques pour justifier l’entrée au gouvernement d’une frange de l’opposition qui était membre de ce front, sous le couvert de ce dialogue, a quitté le Frn à l’époque. Aujourd’hui, l’histoire lui a donné largement raison sur les véritables motivations de cet appel au dialogue.»


«C’est un peu prématuré de parler de remplacement du Général Niang»


Avec le décès du Général Mamadou Niang, la Commission politique du Dialogue national a perdu son Président. Mais son remplacement n’est pas encore à l’ordre du jour. «Nous n’avons pas évoqué ce point. C’est un peu prématuré de parler de ça. Jusqu’à présent, les gens sont en train de présenter les condoléances», affirme Déthié Faye, représentant du pôle des non-alignés. Selon lui, s’il y a une réunion de la plénière, ils pourraient s’organiser pour que les réunions se tiennent normalement en attendant de dépasser la période du deuil. Pour la réunion du comité de suivi d’hier mardi, elle a été présidée, comme à l’accoutumée, par un des assesseurs du Général Niang, en l’occurrence Mazide Ndiaye. «Quand on aura tout terminé, on rendra compte à la plénière», explique Déthié Faye.


CODOU BADIANE

#Dialoguenational #Experts #Auditdufichierélectoral

Cet article a été ouvert 85 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial