Foot - Mbaye Diagne, le fantasque redevenu fantastique

mardi 8 décembre 2020 • 66 lectures • 0 commentaires

Sports 2 mois Taille

Foot - Mbaye Diagne, le fantasque redevenu fantastique

En disgrâce à Galatasaray la saison dernière et prématurément libéré de son prêt à Bruges, Mbaye Diagne retrouve des couleurs. Auteur de 5 buts après 10 journées dans le championnat turc, l’attaquant international de 29 ans peut prétendre à nouveau à un retour en sélection.

Tête de turc des belges, après le «penaltygate» à Paris en Ligue des champions (6 juin 2019, 0-1), Mbaye Diagne, voué aux gémonies à Bruges, est passé de roc star à son arrivée à lofteur encombrant après ses débuts. Placardisé puis retourné à son envoyeur, l’international sénégalais a traîné son spleen pendant longtemps. Revanchard comme jamais, il guettait la moindre occasion pour faire taire ses détracteurs. Chose faite. Depuis son retour à Galasatasaray cet été, l’avant-centre sénégalais crache du feu. Avec 5 buts dont un triplé sur ses 3 derniers matches, 7 réalisations en 13 apparitions toutes compétitions (2 en qualification de Ligue Europa), il brûle tout sur son passage. Un retour de flamme symbolisé par son chef-d’œuvre réussi ce week-end avec un admirable enchaînement contrôle de la poitrine et reprise du gauche en pleine lucarne sur l’ouverture du score face à Hatayspor (3-0), lors de la 11e journée de Süper Lig turque. Comme s’il était sûr de son fait avant l’heure, l’avant-centre international s’était échauffé avant le coup d’envoi avec le maillot de Pape Bouba Diop, l’ancien numéro 19 des ‘‘Lions’’ enterré le même jour à Rufisque et à qui il a dédié son but en brandissant son maillot en Équipe nationale. La sélection, c’est justement à quoi pourrait prétendre l’attaquant de 29 ans (1,91m) qui n’est plus venu dans la ‘‘Tanière’’ depuis la CAN 2019. Mais en dépit de ses prestations, son retour pourrait se heurter à ses performances en dents de scie depuis ses débuts avec le Sénégal. En 9 sélections depuis septembre 2018, dont cinq matches lors de la Coupe d’Afrique en Égypte, son compteur est toujours bloqué à zéro but.


«On ne peut pas juger un joueur sur des bouts de match»


N’empêche, ces statistiques peuvent être dépassionnées, dit Ass Mamoune Diop. «Il n’a pas joué 90 minutes à chaque sélection. Il a souvent joué en remplaçant ou a été titularisé en match amical. Cela joue sur ses performances parce qu’un joueur a besoin de confiance», assure l’ancien attaquant international du Jaraaf qui a fait l’essentiel de sa carrière dans les pays du Golfe (Arabie Saoudite, Qatar, Koweït, Malaisie, Indonésie, Liban) et meilleur buteur du championnat du Qatar lors de la saison 2000-2001 (16 buts en 18 matches). Triple vainqueur de la Coupe du Sénégal (93, 94, 95) et auteur du doublé Coupe – Championnat avec les «Vert-Blanc» en 1995, terminant meilleur buteur du Championnat et du tournoi Amílcar Cabral la même année, celui qui a joué la CAN Juniors 93 en Île Maurice avec Tony Sylva est formel. «On ne peut pas juger un joueur sur des bouts de match. Il n’a pas encore le temps de jeu nécessaire pour s’exprimer pleinement en sélection. Il peut ressentir cette pression parce qu’on le fait entrer dans des matches où on attend qu’il se mette tout de suite en valeur. Cela demande de la confiance. Avec son début de saison, il doit avoir la chance de revenir en Équipe nationale.» 


«Il peut arriver qu’un joueur qui vient d’arriver dans une équipe ne puisse avoir le temps pour s’exprimer, surtout en Équipe nationale, explique Ass Mamoune Diop. C’est un attaquant qui sait marquer des buts et cela se voit avec ses performances. Quand on a des joueurs comme Sadio Mané et Ismaïla Sarr sur les côtés, on a besoin d’un attaquant pour reprendre les centres. Avec son style de joueur en pivot, Mbaye Diagne nous arrange. Il doit pouvoir concurrencer les attaquants qui sont là.» Son avis sur l’ancien joueur du club saoudien d’Al-Shabab Riyad (prêté par la Juventus en 2014) est partagé par un autre ancien de l’Équipe nationale, Mansour Ayanda. «Il doit pouvoir revenir parce que la sélection est ouverte à tout le monde. Son retour doit dépendre de ses performances (en club). Ce n’est pas parce qu’un joueur est passé à côté une fois qu’il ne doit plus être appelé. Il doit avoir une seconde chance. Il n’est pas le seul attaquant qui est passé à côté à la CAN. C’est à lui d’être solide et fort mentalement pour revenir à son meilleur niveau.» L’ancien milieu international du Jaraaf est d’autant plus conforté dans sa position par le manque de «buteur». «On est toujours à la recherche du numéro 9 que nous n’avons pas. On ne sait toujours pas qui est l’avant-centre entre Famara Diédhiou, Boulaye Dia, Habib Diallo ou Mbaye Niang. Il peut donc être convoqué parce qu’il fait de bons matches et marque.»


«Il doit avoir une seconde chance»


Habitué pendant sa carrière à alimenter les avant-centres en caviars, l’ancien joueur du CSKA Sofia (Bulgarie) met aussi en lumière une autre équation. «Un attaquant a besoin de ballons. Depuis Fadiga, nous n’avons plus ce passeur. Mais il (Mbaye Diagne) doit aussi faire des efforts parce qu’il est appelé pour marquer des buts, assure-t-il. S’il est rappelé, il viendra avec une confiance parce qu’il marque en club et ce sera différent de sa première expérience. Il viendra avec un autre comportement en sachant que la concurrence ne lui fera aucun cadeau.» Sous le feu des critiques après sa CAN 2019 où il a atteint la finale avec les ‘‘Lions’’, le meilleur buteur étranger de l’histoire du championnat turc de Süper Lig (30 réalisations en 18/19), sous contrat jusqu’en 2023 avec Galatasaray, sait donc à quoi s’attendre en cas d’un retour en Équipe nationale.


OUSMANE DIOP

Cet article a été ouvert 66 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial