Foot - Qualif' Mondial 2022 : Le débrief de Amdy Moustapha Faye

mercredi 8 septembre 2021 • 214 lectures • 1 commentaires

Sports 2 semaines Taille

Foot - Qualif\' Mondial 2022 : Le débrief de Amdy Moustapha Faye

L'ancien international sénégalais, Amdy Faye, décortique le match des «Lions» au Congo et analyse les choix de Aliou Cissé. 

Congo-Sénégal : «Le plus important, c’est de gagner et ils l’ont fait. Depuis quelque temps, les «Lions» commencent à avoir l’esprit de gagnant. Avec la qualité et la quantité des joueurs que nous avons, nous pouvons avoir un niveau de jeu très élevé, assorti d’une belle victoire. Se lever pour dire qu’on a gagné sans jouer avec des grandes équipes, cela peut faire défaut à l’avenir et nous porter préjudice parce que nous n’arrivons pas à nous en sortir avec les grandes équipes. Quand le Sénégal joue avec de petites équipes, ce que je plaide toujours, c’est de jouer un bon football. Quand on est premier africain au classement FIFA, on doit le montrer avec un bon jeu, sur le plan tactique. Aliou Cissé a de la chance, parce que depuis qu’il est là en 2015, il n’a jamais eu une grande nation au tirage pour les éliminatoires. Ismaïla Sarr a marqué, mais tout le monde sait qu’il est totalement passé à côté. S’il met plus de rythme dans le jeu, cela pourrait être très clair parce qu’il fait partie des espoirs du football sénégalais.» 
L’instabilité des latéraux : «Nous avons des latéraux partout, surtout au niveau local. On doit essayer de gérer la concurrence parce que la plupart sont des professionnels et jouent dans de grands clubs. S’il (Aliou Cissé) voit qu’il y a des jeunes locaux qui peuvent apporter un plus, pourquoi ne pas les essayer. On ne peut pas dire que Aliou est un bon entraîneur, un bon sélectionneur ou un bon manager, il est dans l’apprentissage. Mais on se demande depuis six ans, s’il a progressé, parce qu’on voit toujours les lacunes. C’est inimaginable d’avoir une équipe comme le Sénégal sans rien gagner.»
Boulaye Dia : «On n’utilise pas sa vitesse. Il se débrouille pour aller faire le combat, c’est-à-dire le marquage et le pressing. Ce n’est pas son rôle. Aliou doit plus l’utiliser parce que c’est un joueur qui va très vite. On doit le mettre devant.» 
Pape Matar Sarr : «C’est un gamin, mais Aliou Cissé ne croit pas aux jeunes. Pape Matar Sarr est dans le groupe pour apprendre. C’est comme Ronaldo à la Coupe du monde 1994. Il n’a jamais joué, mais a beaucoup appris avec ses grands frères. Il peut être un relayeur et on n’en a pas. Gana Guèye peut courir avec le ballon, mais ce n’est pas comme Pape Matar Sarr, parce que ce dernier va très vite. Il ne perd pas trop la balle, accélère quand il veut et joue en box-to-box. Ce n’est pas le cas de Joseph Lopy. Je n’ai rien contre lui, mais ce n’est pas le mec dont toute la Ligue 1 dit qu’il peut devenir un grand joueur.»
Utilisation des joueurs : «Le problème avec Aliou, c’est qu’il est en train de casser des joueurs, de briser leurs carrières et il ne fait pas attention à cela. On ne peut pas avoir un joueur comme Pape Abdou Cissé et mettre deux milieux de terrain en défense en espérant gagner une Coupe d’Afrique. Où est le jeune Frédéric Kanouté ? Il a fait deux matches, tout le Sénégal était d’accord, mais on ne l’a plus revu. Il y a des tas de joueurs comme ça que Aliou Cissé a laissé tomber. Pape Alioune Ndiaye, on l’a vu pendant la Coupe d’Afrique 2017 et la Coupe du monde 2018, c’est un compétiteur. A la CAN, c’était le meilleur. S’il avait signé en France, il allait le convoquer.»
Sadio Mané dans l’axe : «C’est bien de mettre Sadio Mané dans l’axe, au lieu de le mettre sur les côtés. Il ne peut rien apporter au Sénégal sur les côtés. Par contre, je ne suis pas d’accord qu’il soit mis devant l’attaquant, parce que maintenant, il cherche à marquer. On ne peut pas avoir un joueur comme Boulaye Dia et mettre Sadio Mané devant. Le Sénégal doit marquer beaucoup de buts à tous les matchs. On voit comment il joue à Liverpool et on le voit jouer en équipe nationale, c’est diamétralement opposé. Sadio Mané a totalement changé. Depuis la CAN 2019, il commence à mettre le pied. Il montre qu’il est le leader de cette équipe.»
JULES SOULEYMANE NDIAYE

Cet article a été ouvert 214 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

1 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial