Football : Qualifié en phase de poules de la Coupe CAF : Le Jaraaf dans sa cour

mardi 23 février 2021 • 114 lectures • 0 commentaires

Sports 1 semaine Taille

Football : Qualifié en phase de poules de la Coupe CAF : Le Jaraaf dans sa cour

Le Jaraaf de Dakar accède enfin à la phase des poules de la Coupe CAF. C’est un travail de longue haleine qui vient de porter ses fruits. 

C’est un coup de pied arrêté d’éclat manifestant le courage de Madické Kané, l’un des artisans d’un brillant parcours, qui a permis au Jaraaf de Dakar d’obtenir son visa de gamme Platinum pour la très courue phase des poules de la coupe CAF. Pour marquer le but de la victoire (1-0), après celle de la phase aller arrachée en terre étrangère à Harare sur le même score, le milieu de terrain du Jaraaf a, dans l’exécution de ce coup franc, à la 12e minute, dépassé ses limites ordinaires.
C’est tout un club qui s’est en effet surpassé pour faire de ce rêve une réalité. Cette fois, ça passe. Le Jaraaf du président Cheikh Seck a tombé la veste pour être au rendez-vous. Car la dernière fois que le club de la Médina était allé très loin en Coupe d’Afrique, c’était lors de la demi-finale de 1983, sans oublier la huitième de finale de 1996, à l’époque de la coupe des clubs champions. Voilà qui rend cette qualification historique et ses auteurs des héros. «En 1983, le Jaraaf a joué une demi-finale de coupe d’Afrique des clubs champions, c’était l’ancienne formule de la CAF.  Mais depuis que la Ligue des champions et la coupe CAF, sous leur nouvelle formule, ont été instaurées, c’est la première fois que le club accède à la phase des poules», avoue le secrétaire général du club le plus titré du Sénégal. Les dirigeants du club donnent la recette. «A deux reprises, on n’était pas loin de réaliser le coup. En 2011, quand nous avons fini d’être champions du Sénégal face à Niary Tally, nous sommes allés en Ligue des champions et c’est au deuxième tour que le FUS de Rabat nous a éliminés d’une manière un peu cocasse parce que nous n’avions pas pris toutes les mesures de cette compétition. Lorsque nous avons été champions durant la saison 2017-2018, nous avons été battus (3-1) par Wydad au Maroc et notre victoire (3-1) au retour n’a pas suffi. Nous avons été reversés dans la Coupe Caf et là aussi, nous sommes tombés au tour de cadrage devant la Renaissance de Berkane. Nous avons analysé le cumul des échecs. Nous avons tiré les enseignements pour apporter les correctifs. C’est ça qui nous a permis d’en arriver là», explique Léonard Diagne. Autour du président Cheikh Seck, du directoire du football coordonné par Youssou Dial, le club s’est réajusté pour atteindre un objectif qui devenait une obsession. 


Les signaux étaient au vert
En 2018, le Jaraaf coaché par Malick Daf, a failli franchir ce cap qui mène à la phase des poules de la Ligue des champions. Et la déception était tellement grande que le club de la Médina n’a pas pu se relever en Coupe CAF, mais dans le championnat local sénégalais oui. Il fallait aller chercher cette coupe du Sénégal pour retourner en Afrique pour insister sur l’objectif : atteindre la phase des poules. «Ça se sentait parce que nul n’ignore que depuis l’ère du président Cheikh Tidiane Seck (depuis 2013), d’année en année, l’équipe commençait à se professionnaliser. On avait commencé à prendre goût à la compétition africaine. L’année dernière, on a failli éliminer le Wydad de Casablanca. On a failli aussi éliminer Berkane. On a compris après, que si l’on s’organise bien et qu’on prenne les devants, on peut y arriver», raconte Amadou Diop Boy Bandit. «Cette année, on s’est mobilisé. On a fait un très bon recrutement avec des joueurs interchangeables et expérimentés. Quand on prend l’effectif, les 70% sont des internationaux, ils ont l’expérience de la compétition africaine. En plus, l’équipe a fait le travail hivernal très tôt. C’est cette excellente préparation hivernale en cette année de Covid qui nous a permis de réussir le premier tour, le deuxième et ce tour de cadrage», explique le capitaine de l’équipe nationale du Sénégal de 1986.


La bonne gestion de l’environnement 
Pas que ça. Le secret de la réussite du Jaraaf est également à chercher dans la maîtrise de la gestion de l’environnement. «Dès que le comité exécutif de la fédération sénégalaise de football a décidé que le Jaraaf va représenter le Sénégal à la Coupe Caf, nous nous sommes dit que pour cette année, on va y aller pour rentrer dans la phase de groupes, parce que nous avons fini de tout gagner sur le plan local. En tant que dirigeants, on s’est dit qu’il faut marquer l’histoire et l’objectif c’était de rentrer dans la phase de poules. L’objectif est atteint», dit d’emblée, le président de la section football. «Aujourd’hui, le staff, les joueurs ont été mis dans les conditions de performance. Le club, par son président, avait fini de mettre à la disposition tous les moyens nécessaires. Nous avons fini de comprendre qu’en Afrique, il y a certains aspects à maîtriser pour passer. C’est la logistique, voyager à temps, loger l’équipe dans de bons hôtels, envoyer des missions avancées pour préparer le terrain. Pour ça, il faut des moyens. C’est l’occasion de remercier le ministère des Sports qui a tout fait pour qu’on reçoive les titres de voyage très tôt», argumente Youssou Dial.
Le Jaraaf a la chance également d’avoir des dirigeants qui sont, depuis longtemps, membres du comité exécutif de la fédération sénégalaise de football. Cheikh Seck, Youssou Dial…, ont l’habitude de voyager avec les équipes nationales du Sénégal. Et ils tentent de reproduire ce modèle de gestion des équipes nationales au niveau du club.


Les équipes qualifiées pour les poules


ASC Jaraaf (Sénégal), RS Berkane (Maroc), CS Sfax (Tunisie), Pyramids FC (Égypte), Orlando Pirates (Afrique du Sud), Raja Casablanca (Maroc), NAPSA Stars (Zambie), Salitas (Burkina Faso), Enyimba (Nigeria), ES Sétif (Algérie), Coton Sport (Cameroun), JS Kabylie (Algérie), Al Ahly Benghazi (Libye).


Etoile du Sahel (Tunisie) - Young Buffaloes (Eswatini) : | Match reporté à ce lundi 22 février, les Young Buffaloes ayant eu des difficultés pour rejoindre la Tunisie à temps hier  dimanche. 
Primeiro de Agosto (Angola) - Namungo FC (Tanzanie) : 2-6 (match aller joué en Tanzanie, match retour prévu jeudi 25 février en Tanzanie aussi)
Le tirage au sort de la phase de poules de la Coupe de la Confédération Total 2021, aura lieu ce lundi à partir de 15h00 (GMT) au Caire.


Les retombées financières et sportives d’une qualification 


Avec sa qualification en phase de poules de la Coupe de la Confédération africaine de football, le Jaraaf touchera de la part de la CAF une prime d’au moins 275 000 Dollars, l’équivalent de 148,8 millions de Francs Cfa.


Un compte en banque bien rempli. En se qualifiant pour la phase de groupes de la Coupe de la Confédération africaine, le Jaraaf recevra une importante manne financière de la CAF. A l’image des 16 équipes qualifiées, le club sénégalais aura une prime de qualification de 275 000 dollars, l’équivalent de 148,8 millions de Francs Cfa de la part de la CAF. Un magot substantiel pour la formation dirigée par Cheikh Seck qui pourrait encore renflouer ses caisses en fonction de son parcours dans la compétition. Le vainqueur touchera 1,25 millions de dollars (676,4 millions FCfa), contre 660 000 dollars (357,1 millions FCfa) précédemment. En mars 2017, l’instance africaine avait augmenté les primes pour les compétitions interclubs. Teungueth FC bénéficie, pour sa part, de 550 000 dollars (297,6 millions FCfa) pour sa qualification en Ligue des champions où le vainqueur aura 2,5 millions de dollars (1,3 milliards FCfa), contre 1,5 million de dollars (811 millions FCfa) précédemment.


Deux clubs sénégalais en Ligue des champions l’année prochaine ?


Cette qualification redonne aussi des couleurs aux «Vert-Blanc». Avec cet exploit, le Jaraaf s’affirme comme «un grand d’Afrique». «Il améliore son statut de standing de club et compte maintenant parmi les grands clubs d’Afrique. Ce sont les seize meilleures équipes du continent, assure Amsatou Fall. Cela amène de la valeur ajoutée et un standing au Jaraaf. C’est une qualification historique qui n’avait été faite par aucun autre club sénégalais.» Avec la qualification de Teungueth FC en Ligue des champions, le directeur technique de la Ligue de football professionnel parle aussi d’un avantage pour le football local qui bénéficie «d’une meilleure considération aussi bien au Sénégal qu’à l’extérieur». «Ce sont des retombées importantes pour le Jaraaf et Teungueth FC, mais aussi pour le football local sénégalais sur l’échiquier du football africain. Parce qu’avoir deux clubs qualifiés, cela a une grande importance. On prend le football sénégalais comme un pays qui fait émerger des clubs au même titre que l’Espérance de Tunis, le TP Mazembe, etc. Dans beaucoup de pays, ils ne sont représentés que soit en Ligue des champions ou en Coupe de la Confédération.»


Un avantage pour la candidature de Senghor


Sur le plan sportif, ces deux qualifications peuvent aussi permettre aux clubs sénégalais «de ne pas avoir à jouer beaucoup de matches préliminaires l’année prochaine». «Nous pouvons valablement avoir deux équipes en Ligue des champions», assure Amsatou Fall. Avec la première place du Sénégal en Afrique au classement Fifa et la qualification de Teungueth FC et du Jaraaf, cela pourrait profiter au président de la Fédération sénégalaise de football dans sa quête du fauteuil de la CAF. «Tout cela donne un plus à la candidature d’Augustin Senghor. Cela augure une reconsidération du football sénégalais sur l’échiquier africain. Le football sénégalais est dans une dynamique positive qu’il faut sauvegarder.
OUSMANE DIOP

Cet article a été ouvert 114 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial