Il tranche la gorge de son ami «homosexuel» qui voulait entretenir des rapports sexuels avec lui

mardi 23 février 2021 • 75 lectures • 0 commentaires

Faits-Divers 1 semaine Taille

Il tranche la gorge de son ami «homosexuel» qui voulait entretenir des rapports sexuels avec lui

Le maçon Ousmane Diop a été jugé hier lundi, à la Chambre criminelle de Dakar, pour tentative d’assassinat. Il avait voulu tuer son ami d’enfance, Mounirou Diallo qui lui faisait des avances contre-nature. Ousmane lui a tranché la gorge et risque 20 ans de réclusion criminelle.

Ousmane Diop et Mounirou Diallo sont amis depuis leur tendre enfance. Malheureusement, cette amitié est désormais conjuguée au passé, puisqu’ils en sont venus aux mains et même aux armes. Leurs chaudes empoignades se sont soldées par l’arrestation et le jugement de l’un devant la Chambre criminelle de Dakar. Mounirou reproche à Ousmane d’avoir voulu attenter à sa vie pour une banale histoire de dîner qu’il lui réclamait. Seulement, Ousmane soutient mordicus que son ami est un homosexuel et qu’il aurait été victime de ses penchants. Après lui avoir caressé les bijoux de famille, il aurait tout bonnement entrepris de satisfaire sa libido sur lui. Ahuri devant l’acte de son pote et pris d’une rage folle, il a tenté de lui ôter la vie en l’égorgeant… 


Devant la barre du tribunal, les deux versions des amis n’ont pas convergé. Il est sorti des débats d’audience que les faits remontent au 24 mai 2017. Natif de Kolda, maçon de profession, Ousmane Diop était venu à Dakar pour chercher du boulot. Comme il n’avait pas où dormir, il s’est rendu à Mbao, chez son ami transitaire, Mounirou Diallo qui a accepté de l’héberger momentanément. Seulement, un incident s’est produit cette nuit-là. Mounirou aurait fait des attouchements sexuels à son hôte qui était plongé dans un sommeil profond. Se réveillant en sursaut, ne comprenant ce qui lui arrivait, il a vu son ami endormi, lorsqu’il a regardé autour de lui. Ousmane va très vite se rendre compte qu’il faisait semblant, puisqu’il va reprendre sa besogne. Une fois de plus, son hébergeur glisse sa main dans sa culotte, caressant ses bijoux de famille. Cette fois-ci, Ousmane s’en prend à son copain. Lequel a nié avoir touché ses parties intimes, prétextant que son ami avait fait un cauchemar. Il s’en est suivi une petite dispute avant que chacun ne se couche de son côté. Le matin, aux premières heures, Ousmane a pris ses affaires et s’en est allé chercher du travail dans les chantiers. Il revient au domicile aux environs de 16 heures. Mais, son ami n’était pas encore revenu du travail. Il sera obligé de l’attendre dans la cage des escaliers, la chambre étant fermée à clé. Mounirou rentre vers 23H, avec un sandwich pour son hôte. Après avoir mangé son dîner, Ousmane tombe dans les bras de Morphée. Vers 2 heures du matin, Mounirou aurait encore caressé ses parties intimes. Surpris, Ousmane a pris l’arme pour tenter d’égorger son ami. Dans un instinct de survie, Mounirou s’est débattu. N’empêche, il aura le cou tranché. Baignant dans son sang, ses étouffés cris de douleur et gémissements ont heureusement alerté le vigile, Ibrahima Diémé. Le gardien le trouvera la main à la gorge avec du sang sur la face. Rapidement, le vigile alerta les sapeurs-pompiers et les éléments de la LGI de Mbao. Avant leur arrivée, Ousmane a pris la fuite, laissant ses affaires dans la chambre. Le blessé, acheminé dans une structure sanitaire, est resté plusieurs jours inconscient à lutter contre la mort. Son bourreau a disparu dans la nature pendant 6 mois. Il s’était réfugié à Ndioum dans le département de Podor. Pour l’arrêter, Ibrahima Diémé est entré en contact avec lui via Facebook. Il lui a envoyé une demande d’ami et est parvenu à gagner sa confiance. Ousmane lui a raconté son histoire, lui demandant de l’aider à récupérer sa pièce d’identité chez Mounirou. Ibrahima le piégera, en lui demandant de venir à son domicile à Keur Massar. Dès qu’il lui a rendu visite, Ibrahima a alerté les policiers qui ont procédé à son arrestation. 
Placé en garde en vue, le mis en cause a reconnu avoir tenté de tuer son ami, disant, pour sa défense, que sa victime lui avait proposé des actes contre-nature. Sous l’emprise de la colère, il a tenté de l’égorger. 
Après plus de trois ans de détention préventive, Ousmane Diop a fait face hier, à la Chambre criminelle de Dakar, pour tentative d’assassinat. L’accusé a reconnu son crime, expliquant que la partie civile lui a avait fait des attouchements la première nuit pendant qu’il dormait. Pis, la seconde nuit, son ami lui a fait une fellation, en lui demandant d’entretenir des rapports sexuels. «Pourquoi vous êtes revenu alors qu’il vous a fait des attouchements», charge le juge. L’accusé rétorque qu’il voulait vérifier si son ami était un homosexuel. Mounirou Diallo a, lui, contesté les actes contre-nature sur son ami soutenant que l’accusé a tenté de l’égorger pendant qu’il était endormi parce qu’il avait refusé de lui acheter à dîner. Par contre, le plaignant a confirmé s’adonner à l’homosexualité, même s’il prétend avoir arrêté. «Je pratiquais l’homosexualité mais pas avec lui. Cette nuit-là, je n’ai pas touché à ses parties intimes. D’ailleurs, j’ai cessé les actes contre-nature», a-t-il juré. Ousmane a aussi révélé que durant leur enfance, Mounirou le forçait à entretenir des rapports sexuels. Des faits qui ont été confirmés par les deux parties, plongeant la salle dans un silence de cathédrale. Entendu, à titre de témoin, le vigile, Ibrahima Diémé a révélé que l’accusé lui avait dit qu’il était venu à Dakar pour tuer Mounirou. Car, ce dernier est un homosexuel qui a incité à la pratique certains jeunes de leur village. La partie civile n’a rien sollicité pour la réparation de son préjudice. D’avis que le crime est établi, le procureur de la République a requis une peine de 20 ans de réclusion criminelle. La défense a demandé à la chambre de disqualifier le crime de tentative d’assassinat initialement retenu en coups et blessures volontaires. Les avocats ont demandé la clémence. L’affaire est mise en délibéré au 8 mars prochain.
DOUDOU DIOP 

Cet article a été ouvert 75 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial