Cet article a été publié dans le journal IGFM

Médecine illégale au Sénégal: les révélations du chef de la Sûreté urbaine!

lundi 18 octobre 2021 • 1362 lectures • 0 commentaires

Société 1 mois Taille

Médecine illégale au Sénégal: les révélations du chef de la Sûreté urbaine!

PUBLICITÉ

Ces derniers temps, des individus pratiquant illégalement la médecine ont défrayé la chronique au Sénégal. Le commissaire Bara Sankharé, patron de la Sûreté urbaine a révélé des pratiques qui mettent en danger la vie des populations.

Bara Sankharé renseigne que la police sénégalaise a eu à interpeller plusieurs personnes pour exercice illégale de la médecine et diligenté des enquêtes judiciaires. Et ce qu’ont révélé les enquête fait froid dans la dos.

«L'enquête judiciaire que nous avons réalisée à Dakar a pemmiş de mesurer l'ampleur du phénomène au Sénégal avec certains professlonnels de la santé qui ne satisfaisaient pas aux exigences de la réglementation. En effet, il a été noté que beaucoup de médecins et des personnes non-qualifiées avaient ouvert des structures en toute illégalité. Ceux-ci faisaient courir aux malades des risques aux conséquences dramatiques», révèle-t-il.

PUBLICITÉ


Le limier, dont les propos sont rapportés par libération, d’ajouter: «Outre cela, des personnes qui se sont prévalues de cette fausse qualité de médecin ont aussi été interpellées et mises à la disposition de la justice. Durant le mois d'avril 2020, alors que la Covid-19 faisait son apparition au Sénégal, des personnes qui s'étaient prévalues d'une fausse qualité de médecin avaient été interpellées puis mises à la disposition de la justice. En collaboration avec l'Onms, la police sénégalaise a eu ces dermiers mois à démanteler d'autres réseaux qui exerçaient illégalement la médecine».

PUBLICITÉ


Il révèle même que des individus n'ayant aucune qualification professionnelle, comme rapporté par la presse ces derniers temps, sont allés jusqu’à «proposer des opérations de chinurgie esthétique à des personnes avec l'usage d'injections pour remodeler certaines parties du corps.» Et ceux qui pratiquent cette activité utilisaient des dispositifs et des produits médicaux qui ne répondaient pas aux normes de fabrication. Ce qui  avait, en conséquence, des effets nefastes sur la santé publique. Et la faiblesse des peine encourue, est un facteur qui peut pousser à la récidive. 

Cet article a été ouvert 1362 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Partager cet article

  

Options

logo iRevue

iRevue du 27 nov.

lune   Il est 21:17   •   temperature 27°C

Nous avons sélectionné les meilleurs articles de la journée.

Une revue sera automatiquement générée avec les meilleurs articles du moment sur les différents supports iGFM, Record et L'Obs.

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial