Mort à 94 ans, Valéry Giscard d’Estaing, un Européen convaincu

jeudi 3 décembre 2020 • 224 lectures • 0 commentaires

International 4 mois Taille

Mort à 94 ans, Valéry Giscard d’Estaing, un Européen convaincu

Avec la mort, à 94 ans, de Valéry Giscard d’Estaing, disparaît une figure tutélaire de la construction européenne. Tout au long de sa carrière, l’ancien président de la République française a particulièrement œuvré pour le renforcement de l’Europe politique dont il a été un fervent partisan.

Au long de sa carrière politique, Valéry Giscard d'Estaing aura été un Européen convaincu, rappelle notre correspondant à BruxellesPierre Bénazet. Sa dernière œuvre fut la Convention sur l’avenir de l’Europe en 2002–2003 durant laquelle il avait été choisi pour présider les débats.


Durant ces seize mois de discussions, Valéry Giscard d’Estaing a tout fait pour imposer sa marque, assis derrière une tortue en porcelaine placée là pour symboliser, selon lui, sa ténacité. La Convention a débouché sur le traité constitutionnel européen (TCE), censé réconcilier la thèse de l’approfondissement de l’Europe politique avec celle de son élargissement géographique.  Mais ce traité de 2005 a été rejeté lors des référendums en France et aux Pays-Bas.


L’échec de ce qui aurait dû être le chef-d’œuvre européen de Valéry Giscard d’Estaing ne peut faire oublier son engagement pour la construction d’une Europe qu’il aurait voulue fédéraliste.


Le moteur franco-allemand de l’Europe


Cet engagement européen s'est notamment traduit par sa proximité avec le chancelier allemand Helmut Schmidt, qui arrive aussi aux affaires lorsque Valéry Giscard d’Estaing (VGE) est élu président de la République. Les deux hommes resteront liés bien après leur départ des responsabilités.





Il a véritablement établi le couple franco-allemand comme moteur de l’Europe, explique notre correspondant à BerlinPascal Thibaut. Avec des décisions encore tangibles aujourd’hui, comme l’entrée de la Grèce dans la Communauté économique européenne, l’élection au suffrage universel des députés européens, la création du Conseil des chefs d’État puis du Système monétaire européen, qui a ouvert la voie à la création de l’euro.


« Un véritable ami, un ami fidèle ». C’est ainsi que Valéry Giscard d’Estaing parle d’Helmut Schmidt dans une interview lors de la mort de l’ex-chancelier allemand il y a cinq ans. Les deux hommes ont été marqués par les deux guerres mondiales. VGE est né à Coblence où son père était en poste durant l’occupation de la Rhénanie par la France. Ils ont combattu durant la Seconde Guerre mondiale et ont été liés par la réconciliation franco-allemande.


Les deux hommes furent ministres des Finances et des Européens convaincus. Ils accèdent au pouvoir à quelques jours d’intervalles en 1974. Si VGE a été battu en 1981 et que Schmidt quitte la scène un an plus tard, jusqu’à leur mort, ils seront restés des observateurs et des acteurs actifs.


Malgré leur appartenance à des camps politiques différents, leur proximité a permis à l’Europe d’avancer. Les deux hommes étaient restés en contact après leur départ du pouvoir. En 2013, ils sont réunis une dernière fois pour un long entretien télévisé. Deux ans plus tard, Valéry Giscard d’Estaing assiste à Hambourg aux funérailles de son ami Helmut Schmidt.


Source : RFI

Cet article a été ouvert 224 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial