Polémique autour de la grossesse de Miss Sénégal 2020 : Les contours flous d’un scandale sexuel

vendredi 19 novembre 2021 • 634 lectures • 0 commentaires

People 1 semaine Taille

Polémique autour de la grossesse de Miss Sénégal 2020 : Les contours flous d’un scandale sexuel

PUBLICITÉ

C’est une rocambolesque histoire de viol suivi de grossesse qui secoue l’élection Miss Sénégal. En toile de fond, une sordide affaire de proxénétisme et de chantage. Ndèye Fatma Dione, la reine de beauté élue en 2020, en aurait été la victime. Révélations…

Comme une grenade dégoupillée, l’esclandre autour de Miss Sénégal a éclaté en plein jour… Dans la foulée, il a soulevé une vague d’indignations sur les réseaux sociaux. Personne ne s’attendait à un tel scénario, même si, quelques heures auparavant, on épiloguait sur les déboires de la Miss Sénégal 2020 Ndèye Fatma Dione. La jeune-femme, à l’issue de son sacre au concours national, a été victime d’un lynchage sans précédent. Attaquée de toutes parts sur son physique, elle en a avalé de toutes les couleuvres. Des montages vidéos, en passant par des caricatures et des propos désobligeants, la Miss Fatick en a pris pour son grade. En plus de ces quolibets, certains, plus antipathiques, sont allés jusqu’à exiger que sa couronne lui soit enlevée. Fatima a tout de même gardé son sang-froid et n’a pas cédé face à ce tourbillon médiatique. Elle a préféré faire focus sur les futures opportunités que pourraient lui apporter son titre. Seulement, c’est allé de mal en pis pour elle. La suite des événements a été plus contrariante qu’heureuse. Haute perchée sur son trône de Miss Sénégal, la belle liane s’est retrouvée plus bas que terre, le moral au plus bas. Et voilà qu’une scandaleuse affaire de viol suivi de grossesse, qu’elle aurait subi dans le cadre de son règne de Miss, vient donner une autre tournure à ce tumulte…

PUBLICITÉ


Omerta pendant un an et demi
Sa désillusion, selon sa mère Maty Cissé qui a ouvert la boîte à pandores, a commencé par de petits ennuis, lorsqu’elles se sont rendus compte que les engagements pris par le comité Miss Sénégal, allaient leur passer sous le nez. Leurs espoirs ont fondu comme beurre au soleil, après plusieurs tentatives d’entrer en possession de «leurs droits». Les organisateurs ont d’abord fait les sourds, puis les morts face à la détresse de la Miss à qui, ils avaient promis monts et merveilles. A part les lots remis le jour de l’élection en Janvier 2020, tout le reste n’était que de la poudre aux yeux, pour mieux la ferrer. Jusqu’ici, elle n’avait rien vu venir. C’est bien plus tard, qu’elle va apprendre à ses dépens que, pour bénéficier des autres avantages et privilèges que lui conférait son statut de la plus belle fille du Sénégal, il fallait qu’elle se plie à d’autres exigences. Et toujours d’après sa maman, c’est parce que sa fille a refusé de se conformer à certaines requêtes du Comité Miss Sénégal Nouvelle Vision et notamment de sa promotrice, Amina Badiane, qu’elle aurait été mise de côté comme une vulgaire malpropre. A partir de là, elle aurait été zappée de toutes les autres activités du comité. C’est à travers les médias, qu’elle était au courant de certaines choses qui se déroulaient. Elle n’a donc pas pu savourer un seul instant, les joies de sa couronne. Même lorsqu’il a fallu remettre la couronne à sa suppléante, Fatou Lamine Lo, récemment élue, comme il est de coutume, on l’a privée de ce moment. C’est d’ailleurs ce manque de considération de la part du comité qui a mis le feu aux poudres et déclenché un flot de soutien à la Miss Sénégal 2020. Les internautes ont non seulement souligné cette «injustice» mais, ont également incité les Sénégalais à booster les pages de la reine de beauté, pour lui faire gagner en visibilité. Histoire de pouvoir bénéficier de placements publicitaires de la part des annonceurs. C’est ainsi que de 3000 abonnés, Fatma Dione est passée à 8000 en 24 H. Mieux encore, une cagnotte a été initiée pour offrir un appui financier à la Miss. Celle-ci qui s’était emmurée dans un silence pesant, s’est même sentie obligée de donner sa version des faits à la presse. De révélations en révélations, elle a fait savoir que le comité l’a abandonnée à son sort et qu’elle a été obligée d’abandonner ses études. La fameuse bourse d’études qu’on lui avait promise, ne lui a jamais été remise. Pire, elle a été malade et n’a même pas eu, ne serait-ce que la compassion du comité. Les voyages auxquels elle aurait dû prendre part, n’ont jamais eu lieu. Quid de la voiture et de l’argent qu’elle devait recevoir. La réaction d’Amina Badiane ne s’est pas fait attendre. La présidente du comité a démenti les propos de la Miss et a soutenu que ce n’était ni plus, ni moins que des affirmations gratuites. Ndèye Fatma n’a jamais été snobée et aurait été associée à toutes les activités, même si elle a décidé, de son plein gré, de ne pas y participer. Des lettres d’avertissement lui ont d’ailleurs été adressées dans ce sens. S’agissant de la bourse d’études, la jeune-fille n’a pas eu des résultats suffisants qui lui permettaient d’en bénéficier auprès des écoles partenaires de l’institution Miss Sénégal. Qui plus est, il n’a jamais été question de donner une quelconque voiture à Miss Fatick.

PUBLICITÉ


La nuit dans une suite à l’hôtel, les caresses d’un invité incongru, le séjour dans la maison d’un membre du comité…
Les choses auraient pu se limiter à cette passe d’arme entre Ndèye Fatma et le comité. Cependant, à travers un entretien dans un site en ligne, la maman de la Miss a porté de graves révélations à l’endroit des responsables de l’élection. Les véritables raisons qui les auraient poussés à écarter sa    fille de leur programme, c’est qu’elle n’a pas cédé à leur dessein de l’embarquer dans des affaires louches. Une sorte de chantage sexuel qui ne dit pas son nom ! «Depuis son sacre, elle n’a rien reçu à part les cadeaux sur scène. Alors qu’on lui avait promis beaucoup de choses. Trois jours après son sacre, j’ai effectué le déplacement à Dakar pour parler avec le comité. Carte sur table, ils m’ont dit qu’ils avaient beaucoup de promesses de la part de certaines autorités, dont Matar Ba et le directeur de Darling. Par la suite, ils sont partis voir Matar Ba et ce dernier leur avait remis une forte somme d’argent. “Fatima n’a reçu aucun franc. J’ai interpellé un membre du comité qui n’en revenait pas. C’est d’ailleurs lui qui m’a remis 60 mille francs pour payer les reliquats au niveau de son école. Depuis lors, rien n’est sorti du comité. Moi, sa mère, j’étais malade donc, Fatima a finalement fini par arrêter ses cours faute de moyens. Tout juste après son sacre, ma fille était devenue très maladive. Durant le début du mois d’avril jusqu'à la fin juin et début juillet, elle a vraiment sombré. J’en ai parlé au comité d’organisation. Personne n’est venu la voir et aucun sou n’a été envoyé. Mais, un jour Amina m’a appelée suite à une de mes interpellations. Elle m’a affirmé que lorsque ma fille se sentirait beaucoup mieux, elle allait nous recontacter afin que Fatima fasse des Shootings pour un événement. Depuis, rien n’a été fait. Toutes les conversations que le comité faisait avec ma fille passaient par moi. Amina avait rompu le contact avec Fatima. Quand je l’ai interpellée là-dessus, elle m’a carrément dit que ma fille était très impolie. Alors que ma fille est très bien éduquée», a expliqué Maty Cissé, avant de lâcher une bombe. D’après la mère de famille visiblement accablée par cette affaire, la dissension entre son enfant et le comité est survenue quelque temps après son sacre. À l’issue d’une cérémonie, Amina, Fatma et Alberta Diatta auraient passé la nuit dans un hôtel à Diamniadio. Le lendemain, elles devaient se rendre à un voyage au Maroc. Sauf qu’il n’aura jamais lieu car la veille du départ, Ndèye Fatma aurait éconduit une autorité, ami d’Amina Badiane qui logeait dans une suite du même hôtel. Celle-ci qui s’est montrée très entreprenante avec elle, aurait tenté des gestes déplacés avec l’approbation de la présidente du comité Miss Sénégal. D’ailleurs, elle-même était en compagnie d’un autre homme, pendant qu’Alberta Diatta tenait compagnie au 3e larron de la bande. Etant donné qu’elle a refusé de jouer le jeu, elle n’a pu se rendre au Maroc. La suite se passe de commentaires. Toujours selon Maty Cissé, une autre fois, sa fille a été convoquée pour une autre activité. Elle devait loger à l’hôtel, mais s’est retrouvée au domicile d’un membre du comité. «Après ce séjour dans cette maison, Fatima a commencé à se plaindre de maux de ventre et est devenue très maladive. Quand je l’ai emmenée à l'hôpital, on m’a fait savoir qu’elle avait un fibrome. Par la suite, il s’est avéré qu’elle était enceinte de 4 mois. Nous ne connaissons pas l'auteur de cette grossesse, nous savons juste que ma fille de 20 ans a été abusée. Au début, elle ne voulait pas trop m’en parler. Nous ne souhaitons accuser personne, mais une chose est sûre, son agression s’est passée pendant qu’elle était chez un membre du comité. J’ignore les conditions dans lesquelles cela s’est passé. A plusieurs reprises, elle a pensé à se suicider, elle déprimait. Nous avions peur du tollé que causerait sa grossesse, raison pour laquelle nous avons tenu à garder le silence. Elle ignore qui est le père de son petit garçon qui a maintenant 5 mois. Sa dignité a été bafouée» a-t-elle lâché en larmes.  


Les circonstances de l’abus sexuel et l’identité du violeur passées sous silence
Une déclaration qui a fait grand bruit et suscité moult commentaires. Dans le même temps, beaucoup de questions ont été agitées. Comment cela se fait-il que ces accusations n’ont jamais été portées devant la justice et pourquoi Ndèye Maty Cissé et sa fille ont attendu près d’un an et demi avant de dénoncer ces faits. Pour certains, cela s’explique par le fait que Ndèye Fatma Dione a essuyé beaucoup de critiques au début de son sacre. Ces railleries la pousseront à s’emmurer dans un mutisme pour ne pas, une fois de plus, être la risée des Sénégalais. Suite à l’élan de solidarité qui est né de son absence, lors du couronnement de celle qui lui succède, samedi dernier, pour la première fois, elle a senti qu’elle n’était pas seule. Et c’est sans doute, ce qui lui a donné le courage de briser le silence et de livrer sa part de vérité. Seulement, quelques zones d’ombre subsistent dans cette affaire, la Miss et sa mère dans leurs confessions inédites, ne sont pas allées jusqu’au bout des choses. Elles n’ont pas donné l’identité du fameux membre du comité, qui aurait hébergé la Miss chez lui. Pourquoi ?  Mieux, les circonstances de cet abus sexuel, s’il y en a, ont été tues. La victime, semble-t-il, ne s’en souvient pas et n’aurait rien remarqué après les faits. La seule constante demeure que c’est après cet épisode qu’elle serait tombée malade et aurait amorcé sa descente aux enfers. Déprime, envies suicidaires, décrochage scolaire, entre autres…


AMINA BADIANE SE RAVISE ET APPORTE SON SOUTIEN A LA MISS 2020 : «J’exprime ma compassion à Fatima mais, je dénonce les amalgames tendant à imputer la responsabilité de cette épreuve au comité»


«C’est à travers la presse que j’ai appris cette nouvelle, dont je ne connais pas les contours. Je ne pourrais donc pas me prononcer sur les circonstances dans lesquelles, cela est arrivé. En revanche, je voudrais exprimer ma compassion à la Miss 2020 et souhaiter que toute la lumière soit faite dans cette affaire. Je reconnais également avoir tenu des propos déplacés hier, face aux médias. C’était une erreur de communication de ma part car, j’étais sous l’effet de la surprise. Depuis le début de cette polémique, je venais d’être au parfum d’une histoire de viol et de grossesse. Cela m’a un peu perturbée et fait sortir de mes gonds. Ainsi, je tiens à présenter mes plus plates excuses. Je tiens aussi à dénoncer avec vigueur les amalgames tendant à imputer la responsabilité de cette douloureuse épreuve, aux membres du comité d’organisation. J’ai pris conseil auprès de mes avocats et j’attends de voir avec eux, quelles suites donner à cette affaire. Une enquête sera menée pour tout tirer au clair…»


Maria Dominica Thiam

Cet article a été ouvert 634 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial