Pr Tandakha Dièye : «On peut dire que le vaccin peut être valable six mois à un an»

mardi 23 février 2021 • 39 lectures • 0 commentaires

Social 1 semaine Taille

Pr Tandakha Dièye : «On peut dire que le vaccin peut être valable six mois à un an»

C’est aujourd’hui mardi que les opérations de vaccination contre le Covid-19 doivent démarrer sur l’ensemble du territoire sénégalais, avec les cibles prioritaires définies par les autorités. Professeur Tandakha Ndiaye Dièye, immunologue, explique dans cet entretien avec «L’Observateur» les propriétés du vaccin Sinopharm avec lequel le Sénégal entame sa campagne.

Quelles sont les propriétés du vaccin Sinopharm ?
C’est un vaccin qui est inactivé, c’est-à-dire un vaccin qui a été tué. Mais celui-là, on l’a inactivé à deux reprises pour le rendre complètement inoffensif. Et avant cela, le vaccin a été cultivé, autrement dit en produire beaucoup dans des cellules qui permettent d’en avoir plusieurs, pour ensuite les inactiver. En le cultivant dans les cellules, le surnageant contient le virus, et c’est ce surnageant des cultures que l’on prend pour l’inactiver. Après cela, ils ont fait de fortes filtrations et l’ont inactivé deux fois, pour être sûr que le virus ne donne plus la maladie. Donc c’est vraiment au top, ce sont des procédés classiques utilisés dans beaucoup de vaccins, contre la polio, la rage, la grippe… Et après l’inactivation, on met un adjuvant, de l’hydroxyde d’aluminium, dont le rôle est de renforcer la réponse immunitaire. C’est un vaccin qu’on peut conserver entre 2 et 8 degrés, et ça c’est un atout. En résumé, c’est un vaccin traditionnel à virus inactivé.



Qu’en est-il des effets secondaires ou indésirables ?
Comme tous les vaccins, il y a quelques effets. Les plus fréquents sont les douleurs au site d’injection, suivis d’une petite fièvre, quelques céphalées. Mais ce sont des effets transitoires, c’est-à-dire qui ne restent pas longtemps, peut-être une journée ou deux.



Combien de doses faut-il et à quel intervalle ?
Il faut deux doses, par voie intramusculaire, à trois semaines d’intervalle. C’est ce qui est le plus indiqué. Et le vaccin Sinopharm est utilisé aujourd’hui dans plusieurs pays, la Chine, le Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Cambodge, l’Egypte, la Hongrie, l’Irak, la Jordanie, le Népal, le Pakistan, le Pérou, la Serbie, les Seychelles, la Guinée, le Gabon et le Sénégal bien sûr. 



Est-ce que ceux qui sont vaccinés sont sûrs de ne pas attraper le Covid ?
L’efficacité du vaccin est de 79,34%. Donc, si on vaccine 100 personnes, il y en a 79 pour lesquelles, on est sûr de l’efficacité. Il restera environ 20% de personnes qui, probablement, n’auront pas de bonnes réponses, ou alors feront de petites maladies. Mais il faut savoir que les normes de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) pour ce qui est de l’efficacité, disent qu’il faut un vaccin efficace à plus de 50%. Pour le moment, les vaccins se valent, mais ce sont les vaccins Moderna et Pfizer qui ont les meilleures réponses, en termes d’efficacité.



Et pour ce qui est de l’immunité, au bout de combien de temps, la personne vaccinée est immunisée contre le Covid ?
Etant donné que les vaccins ne sont pas disponibles depuis longtemps, donc pour l’immunité, il faut attendre peut-être six à huit mois, voire un an. Pour l’instant, personne ne peut dire avec certitude, mais l’immunité va être suivie. Parce que plus on prend du temps avec le Covid, plus on en saura sur l’immunité. Mais pour le moment, on peut dire que le vaccin peut être valable six mois à un an. On ne connaît pas la durée exacte, il y aura plus de clarté au fur et à mesure que l’on progresse. Mais si on a 70 ou 80% de réponses, c’est excellent. Il faut savoir que les gens qui ont déjà eu le Covid pourront être vaccinés, mais du moment qu’on a eu très peu de personnes infectées et qui ont été recontaminées, ces personnes peuvent attendre six mois avant de prendre le vaccin, à mon avis. Je souligne que l’on ne vaccine pas ceux qui sont déjà malades, les malades ne sont pas éligibles au vaccin, et c’est le cas pour tous les vaccins.


D’après les études dont vous disposez, est-ce qu’il y a un taux de rechute connu ?
Pour l’instant non, on n’a pas encore vu de personnes qui ont été vaccinées et qui ont été contaminées par la suite. Il n’y a pas encore d’étude sur cela. Aujourd’hui, le monde est en train de faire vite, et de vacciner vite. Parce que le Covid tue tous les jours, et ça ne va pas s’arrêter de si tôt. On aura encore beaucoup de morts. Vacciner les gens est une indication d’urgence, qui permettra de réduire le nombre de cas graves qui devient de plus en plus insoutenable.
ADAMA DIENG

Cet article a été ouvert 39 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial