Qui est Mamadou Mbengue, actuel maire de Dalifort?

mercredi 3 février 2021 • 331 lectures • 0 commentaires

Politique 2 mois Taille

Qui est Mamadou Mbengue, actuel maire de Dalifort?

A 35 ans, Mamadou Mbengue dit Baye Diop est à la tête de la mairie de la commune de Dalifort. Militant de la première heure de l’Alliance pour la République (Apr), il traîne la réputation d’un homme engagé, mais qui pêche dans la communication. 

Dans la salle de réunion, Mamadou Mbengue se tient aux côtés du préfet du département de Pikine. À peine élu maire, mais pas encore rentré dans ses fonctions, le tout frais et fringant - il a 35 ans - maire de Dalifort semble être rompu à l'exercice républicain. Jeudi 28 janvier, Mamadou Mbengue dit Baye Diop ceint l’écharpe de maire et préside désormais aux destinées de la commune de Dalifort. Dans un contexte de deuil. Ses premiers mots vont à son défunt prédécesseur. «(…) Dans ces moments, mes pensées vont à l'endroit d'un homme d’expérience, un homme exceptionnel, qui m’a beaucoup appris au cours des nombreuses années où nous nous sommes côtoyés au sein du Conseil municipal. Le défunt maire Idrissa Diallo nous a laissé un legs honorable tant au niveau matériel, qu'au niveau des valeurs.» Sa première visite est faite à la famille de Idrissa Diallo, au lendemain de son élection. Pour sa première sortie publique aussi, le lien est fait avec Idrissa Diallo. «J’ai décidé de m’abstenir de faire une sortie publique avant le quarantième jour du décès de Idrissa Diallo pour respecter sa mémoire», lâche, Mamadou Mbengue, au bout du fil. Sans plus. «Idrissa Diallo et Mamadou Mbengue avaient de bonnes relations, empreintes de cordialité. Même s’ils n’étaient pas du même bord politique, ils ont toujours partagé le Conseil dans le respect», rapporte un conseiller municipal. Quatre jours après son élection, il a été installé avant-hier lundi, dans ses fonctions de maire par le Préfet du département de Pikine. Dans la sobriété. Comme son parcours. 
Même quand, après le premier tour de l’élection, il ne passe pas, Mamadou Mbengue ne laisse apparaître aucun sentiment. Il reste imperturbable. La scène est racontée par son ami et camarade de parti, Mbaye Sène. «Même dans les tractations lors de l’élection, c’est lui qui appelait les gens au calme. Nous croyions qu’il allait passer au premier tour, mais quand il y a eu un deuxième tour, les gens ont commencé à rouspéter dans notre groupe WhatsApp, en pleine séance, il est intervenu pour nous dire de rester sereins, puisque si Dieu décide de faire de lui le maire, personne ne pourra empêcher cela. C’est un homme qui, en toutes circonstances, garde toujours son calme. Il fait partie des rares personnes qui font l’unanimité. Il est très courtois, Baye Diop a fait son chemin en gardant ses principes. Il s’est construit lui-même.» Jusqu’à arriver à la tête de la mairie de Dalifort. Un grand pas dans sa vie politique, son engagement militant. De simple conseiller à maire de la commune, le raccourci est saisissant et Mamadou Mbengue l’a franchi gaillardement.


Finance - Mamadou Mbengue est un comptable de formation. C’est en 2002 qu’il décroche le Bfem au lycée Taïba/ Ics de Mboro. Il y poursuit ses études et obtient le Baccalauréat en 2005-2006. Après, il s’inscrit à Sup Deco en Finance et comptabilité. C’est en 2008-2009 qu’il réussit sa Licence avec la mention «Bien». L’année suivante, il passe avec brio le Master I en Finance et comptabilité toujours à Sup Deco et toujours avec la mention «Bien». Baye Diop ne perd pas de temps. En décembre, il travaille comme comptable et financier dans un cabinet d’expertise comptable et de finance (Ecg) jusqu’en mars 2013. Puis, il intégre l’Agence nationale pour l’emploi des jeunes des banlieues (Ajeb) et y reste jusqu’en 2014 en tant que comptable et financier. Quelques mois plus tard, en août 2014, il migre vers une autre structure pour l’emploi des jeunes, l’Agence Nationale pour la Promotion et l’Emploi des Jeunes en tant que chef comptable. Il quitte le 28 février 2015. Ensuite, le 1er mars 2015 Mamadou Mbengue est coopté à l’Office des forages ruraux (Ofor) comme chef comptable, mais n’y restera que cinq mois. De janvier 2016 au 31 Octobre 2019, il est le chargé de la comptabilité de trésorerie de la Sones. Entre-temps, il reprend les études et s’inscrit à Bem en mars 2017 pour un Master II en Technique de Comptabilité et de la  Fiscalité. Il quitte aussi la Sones pour se poser au Promovilles en tant que Chef comptable. Coordonnateur du mouvement Fekke Ma Ci Boole à Dalifort, Modou Fall a été son camarade de classe. «Nous avons partagé la même classe de Cm2. Il n’était pas un élève turbulent. Il a toujours été poli. Il est sans histoires. C’était un garçon cool et c’est une qualité qu’il garde.» Dans les différentes structures où il a bossé, ses collègues se souviennent d’un homme travailleur et rigoureux. Pape Gorgui Ndong a été son Directeur général à l’Ajeb. «Quand j’ai bénéficié de la confiance du chef de l’Etat, en tant que Directeur général de l’Agence pour l’emploi des jeunes des banlieues (Ajeb), immédiatement, j’ai enrôlé le jeune diplômé Baye Diop dans l’Agence pour être chef comptable. C’est un homme pétri de qualités. Il a énormément de valeurs. C’est un jeune banlieusard qui sait se battre dans la vie», témoigne Pape Gorgui Ndong, ancien ministre de la Jeunesse. Ismaïla Badiane, son camarade de parti et collègue de travail, s’engouffre dans la même brèche. «C’est un travailleur. Nous avons été, pendant quelques mois, collègues à l’Ofor, mais il a très bonne presse. Il avait de bonnes relations avec ses collègues et tout le monde a salué cette opportunité d’avoir Baye Diop comme collègue.» Mais aussi comme camarade de partie. 


Politique et non politicien - Aux premières heures de la création de l’Alliance pour la République, Baye Diop répond présent. Il faisait partie du groupe de jeunes qui avaient fait le pari d’accompagner l’opposant Macky Sall, chassé du Parti démocratique sénégalais (Pds), à la magistrature suprême. Le jeune qui vient de toucher pour la première fois à la chose politique, y croit et s’investit pleinement. «Il fait partie des premiers jeunes qui ont accompagné le président de la République, président de l’Alliance pour la République (Apr) dans l’opposition. Je l’ai accueilli dans la Coordination des jeunesses républicaines (Cojer). Il a été le coordonnateur de l’Unité de vigilance opérationnelle de la jeunesse de Dalifort et Secrétaire chargé des jeunes de Dalifort. Deux postes qu’il a cumulés à un moment où ce n’était pas évident. Son talent, son engagement, sa détermination ont fait qu’en ces périodes, il a su cumuler les deux postes. Nous avons été ensemble dans tous les combats, le 11 juin, le M23 dans le département de Pikine, au niveau national, dans la région de Dakar»,  se souvient, un brin fier, Pape Gorgui Ndong. Ismaïla Badiane en rajoute une couche : «C’est un jeune dynamique, nous avons été ensemble au niveau de la Cojer dans les moments les plus difficiles. La Cojer a été tellement tumultueuse, mais il a su catalyser tout ce qui est énergie au sein du département et il faisait partie des rares personnes qui faisaient l’unanimité. Tout le monde se retrouvait dans ses positions et dans son discours. Militer au sein de la Cojer de Pikine n’a jamais été facile. C’est une structure très tumultueuse qui bouge énormément. Etre dans cette structure et avoir une bonne réputation, ce n’est pas donné à tout le monde.» S’il a su bâtir une bonne réputation dans le monde politique, c’est que, selon ses proches, il n’a jamais fait de la politique un moyen d’accéder à des strapontins. Mbaye Sène, responsable de l’Apr dans commune de Thiaroye-Gare : «Nous avons intégré ensemble le parti depuis le début. Depuis 2009, il est resté la même personne, un homme intègre. Il est le responsable des jeunes de Dalifort et, au niveau départemental, il est conseiller municipal de la Ville de Pikine et est le président de la commission Jeunesse. Ce n’est pas un politicien, c’est un homme politique. Il n’est pas entré en politique pour se faire de l’argent, mais pour accompagner les populations. C’est un homme sans problèmes. Il est sociable. Il n’avait que son salaire, il n’a jamais géré de budget, mais que ce soit au niveau de Dalifort, au niveau du département, il a toujours été sollicité par les gens et il répond toujours favorablement. Il est courtois, aimable, ouvert en plus d’être généreux.» 


Mauvais communicant : Dans la politique, l’éloquence est souvent un atout. Un moyen de séduction. Mais chez Baye Diop, l’exercice n’est pas souvent chose aisée. Le nouveau maire de Dalifort est un taiseux, non pas parce qu’il est indifférent ou insensible, mais juste qu’il traîne un handicap. Même quand une colère froide le dépasse, elle est toujours livrée avec des mots choisis. Baye Diop a cette capacité à se contrôler. «Baye Diop bégaie, c’est pourquoi, même quand c’est lui qui doit prendre la parole, il délègue quelqu’un d’autre. Il ne s’énerve pas beaucoup. Il est de nature calme.  Nous avons traversé beaucoup de difficultés dans le département de Pikine. Lors du Conseil des ministres décentralisés dans la banlieue, c’est lui qui gérait tout. Au niveau de la jeunesse, c’est lui que le maire de la Ville avait délégué pour qu’il prépare la mobilisation, le coordonnateur départemental Pape Gorgui Ndong avait démissionné et quand le Président Sall devait recevoir les jeunes, Baye Diop devait être le porte-parole, mais les gens ont tout fait pour l’en empêcher. Il avait mal et était énervé, mais cela n’a pas duré. Après, c’est lui qui appelait les uns et les autres au calme», explique son ami Mbaye Sène. Il poursuit : «Même dans les activités politiques, il ne prenait pas la parole. C’est un homme de l’ombre. Il est plus dans l’action que dans la parole. Même quand il y a une conférence de presse, ce n’est pas le genre à aller au charbon, il se met toujours à l’écart et responsabilise d’autres personnes. Il a l’habitude de le dire : sa force, c’est de reconnaître que certaines personnes qui sont plus habiles pour la communication et d’autres à être derrière pour encadrer. C’est un leader disponible qui comprend ses forces et accepte ses faiblesses.» Modou Fall de Fekee Ma Ci boole confirme : «Son problème, c’est qu’il ne communique pas beaucoup. Ce n’est pas un bon communicant, alors qu’un maire doit être fort en communication, surtout quand il s’agit de parler à ses administrés.» Mais, selon Pape Gorgui Ndong, il ne faudrait pas s’y tromper. «Baye Diop est timide, mais il est teigneux et très déterminé. Naturellement, c’est quelqu’un qui bégaie, donc il n’est pas bavard, mais c’est un homme qui sait se battre, est ambitieux et responsable.»
A côté de l’homme politique presque parfait peint par ses proches, ses opposants politiques le voient juste comme quelqu’un qui a été parachuté, puisqu’il n’était pas un bon exemple de conseiller municipal. «C’est un grand absentéiste. Il assistait rarement aux Conseils municipaux, c’est juste parce qu’il y avait des divergences entre les conseillers de Taxawu Dalifort, que son parti en a profité pour le propulser, mais il y a plus méritant que lui pour diriger cette mairie», rapporte-t-on. Mais à l’Apr, on est sûr que Baye Diop réussira haut la main. Pape Gorgui Ndong : «Il va continuer le travail entamé par Idrissa Diallo et je suis sûr qu’il va faire mieux.» On verra.  
CODOU BADIANE

Cet article a été ouvert 331 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial