Réunion Commission Ad-hoc : Sonko refuse la convocation des députés

samedi 20 février 2021 • 43 lectures • 0 commentaires

Politique 2 semaines Taille

Réunion Commission Ad-hoc : Sonko refuse la convocation des députés

En réunion hier, la commission Ad hoc devant examiner la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko, a décidé de lui envoyer une convocation à comparaître ce lundi. Une lettre que leader du Pastef a tout bonnement refusée d’accuser réception. 

Les échanges ont été houleux lors de la réunion de la commission Ad hoc devant se pencher sur la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko. Les députés du groupe parlementaire «Liberté et Démocratie» et le représentant des non-inscrits ont montré leur désaccord, suite à la convocation du député Ousmane Sonko pour ce lundi par la commission Ad hoc. Les travaux de la commission ont débuté à 10 heures avec la présence de tous les membres de la commission, excepté Aymérou Gningue, Président du groupe parlementaire Benno Bok Yakaar (Bby), malade. Après l’ouverture de la séance, le Président de la commission Pape Birame Touré a exposé les faits. Selon des sources, l’opposition a voulu bloquer les débats en soulevant des exceptions pour dire qu’on ne peut pas lever l’immunité de X. Pour mettre fin à la polémique, le Président de la commission, a toujours selon des sources, a invité tous les membres de la commission Ad hoc dans son bureau et leur a montré le dossier tout en leur demandant de ne pas photographier, encore moins de filmer. Et toujours d’après des sources, pendant prés d’une une heure, ils ont consulté le dossier et n’on vu nulle part X, mais Ousmane Sonko. «Le Procureur a bel bien écrit que suite à la plainte de mademoiselle Adji Sarr, il demande la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko en y joignant les procès-verbaux et le certificat médical», informe-t-on. Après cela,  la réunion a repris et l’opposition a dit qu’il fallait entendre Adji Sarr et l’autre masseuse. La majorité leur dire que l’Assemblée nationale n’est pas le tribunal et qu’elle ne peut pas faire le travail du juge d’Instruction. Ensuite, ils ont procédé à la rédaction de la convocation de Ousmane Sonko. 
Même si la majorité assure que toutes les parties étaient d’accord pour rédiger la convocation, Cheikh Bamba Dièye, représentant les non-inscrits affirme le contraire. Selon lui, en faisant cet acte, les membres de la majorités ont consciemment violé le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. «L’objet de la réunion était de nous entendre sur la méthodologie de travail de la Commission Ad hoc. Et non sur la convocation du député Sonko. Le Règlement interieur de l’Assemblée nationale dit que nous devons entendre le député Ousmane Sonko. Mais, avant tout cela, il y a un préalable», explique le député non-inscrit. Qui enchaîne : «Nous avons pensé qu’il était utile pour fonder une intime conviction d’entendre toute personne qui peut nous aider à la manifestation de la vérité. Si nous concevons que nous devons entendre Ousmane Sonko, de notre point de vue, rien ne s’oppose à entendre la plaignante, les experts et toute personne qui pourrait nous aider à décider avec toute la rigueur.» Une chose qui n’a pas été faite. A l’en croire, au moment où les députés de l’opposition cherchaient un moyen pour être d’accord sur la méthodologie, les députés de la majorité ont envoyé une convocation au leader du Pastef. «A notre grande surprise, la commission Ad hoc a, à notre insu, envoyé un gendarme chez Ousmane Sonko pour le convoquer le lundi. Une convocation que le député  a refusée de prendre», a dit Cheikh Bamba Dièye. La levée de l’immunité parlementaire étant la dernière protection dont jouit un parlementaire, elle ne doit pas etre une petite affaire. Mais pour le député du Fsd/BJ, il y a une précipitation manifeste dans l’affaire Sonko. «Toute cette précipitation à livrer Ousmane Sonko à la Justice, toute cette précipitation dans la violation du Règlement intérieur n’augure rien de bon. Cela ne fait que créditer la thèse du complot qui, aujourd’hui, est dans la tête des Sénégalais.»
«Sonko attendu lundi par la commission Ad hoc»
Pour le député non-inscrit, l’affaire regorge de beaucoup de zones d’ombre. Beaucoup de questions demeurent pour le moment sans réponses. La procédure est tachée d’irrégularités. «Nous leur avons demandé qu’il nous édifie sur un X transformé sur un Ousmane Sonko, sur des prélèvements d’Adn, nous avons voulu également être édifiés sur l’endroit d’où viennent les prélèvements, mais ils ne nous ont pas fourni de réponse», explique le député. Qui poursuit : «Il ne font que créditer un acharnement politique. Et, l’Assemblée nationale ne peut pas être un instrument pour écarter des adversaires politiques.» Pour le moment, «nous attendons lundi pour voir si le député Sonko répondra à la convocation qu’il a refusée de prendre», explique le député non-inscrit. La réunion a pris fin à 14 heures.
AICHA GOUDIABY (Stagiaire)

Cet article a été ouvert 43 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial