Les Elections Locales prévues, au plus tard, le 31 janvier 2022

samedi 3 avril 2021 • 165 lectures • 0 commentaires

Politique 1 semaine Taille

Les Elections Locales prévues, au plus tard, le 31 janvier 2022

Le ministre de l’intérieur et de la Sécurité publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome, venu défendre hier, à l’Assemblée nationale, le projet de loi portant report des élections territoriales et prorogation du mandat des conseillers départementaux et municipaux, a donné une date limite pour organiser ces joutes électorales.

Les élections locales sont, à nouveau, reportées. La décision du report a été validée par les députés. En plénière hier, l’Assemblée nationale a adopté, à la majorité de ses membres présents, le projet de loi n°05/2021 portant report des élections territoriales et prorogation du mandat des conseillers départementaux et municipaux. A travers le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome, venu défendre ledit projet, le gouvernement a donné une date limite pour leur tenue. «Ce qu’il faut comprendre, c’est que dans le projet de loi qui était soumis aujourd’hui (hier, Ndlr) à l’examen de l’Assemblée nationale et qui a été adopté, il y a une date limite qui est fixée pour la tenue des élections locales. Et celle-ci, à la faveur de l’amendement qui a été introduit ces jours, est fixée au plus tard le 31 janvier 2022», annonce le ministre Antoine Félix Abdoulaye Diome. Le gouvernement a juste donné une date fourchette. Le 31 janvier 2022 n’est pas la date exacte des prochaines élections locales. Il revient au président de la République, Macky Sall, les prérogatives de fixer la date exacte de ces joutes électorales. Le ministre de l’intérieur et de la Sécurité publique le précise en ces termes : «Les acteurs poursuivent les discussions et en tout état de cause, c’est un décret du président de la République qui fixera la date effective de ces élections locales.» Le ministre précise, au passage, que le mandat en cours des conseillers départementaux et municipaux reste valable jusqu’à l’installation des nouveaux conseillers, conformément à la loi.
Il a fallu plusieurs heures de débats pour aboutir à cette décision. Chacun des différents groupes parlementaires a donné sa position par rapport au débat. Si du côté du groupe parlementaire de la majorité, on approuve et défend ce projet portant report des élections locales, les députés de l’opposition, eux, s’y sont opposés. Exigeant la tenue des Locales avant la fin de l’année 2021, l’opposition rejette les arguments brandis par le pouvoir pour justifier ce nouveau report. 
Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome est revenu, par ailleurs, sur les travaux d’audit du fichier et d’évaluation du processus électoral exécutés par des experts internationaux. Rappelant que c’est dans le cadre de la commission politique du dialogue national que des demandes ont été formulées pour auditer le fichier et évaluer le processus électoral, le ministre a souligné que toutes les parties prenantes étaient d’accord sur la question. «C’est pour cette raison, précise-t-il, qu’il a été retenu de procéder à cet audit. Entre-temps, il y a eu la pandémie du Covid-19 qui a affecté les travaux de la commission et entraîné leur suspension. A la reprise, les parties se sont accordées sur les modalités pratiques par lesquelles ce serait fait. C’est dans ce cadre qu’un Cabinet (Era) a été choisi, des termes de référence établis et acceptés. Et à la suite de cela, des experts ont été recrutés et l’audit a débuté le 1er février 2020 tandis que pour l’évaluation du processus électoral, c’est aujourd’hui même (hier) que cela a débuté». 
SOPHIE BARRO

Cet article a été ouvert 165 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial