mardi 10 novembre 2020 • 51 lectures • 0 commentaires

Révélations sur le différend Sidy Diop-Wally Seck

People 2 semaines Taille

Révélations sur le différend Sidy Diop-Wally Seck

Les fans de Sidy Diop n’oublieront pas de sitôt la soirée mouvementée qu’ils ont vécue ce vendredi dans une boîte de nuit aux Almadies. Des bombes lacrymogènes lâchées dans l’enceinte du dancing les ont dispersés et obligés à écourter leurs retrouvailles avec leur idole. Un fâcheux incident qui révèle une toute autre réalité. Une rivalité entre le chanteur Wally Seck et le «Golden-boy» de la musique sénégalaise…

L’ambiance est à son paroxysme… Micro à la main, Sidy Diop débite frénétiquement les paroles d’une de ses chansons. Le public en délire acclame son idole, celui que l’on surnomme le Golden Boy de la musique sénégalaise. Ce soir-là (vendredi dernier), sur scène, il n’est pas paré d’or, mais il brille dans sa chemise en soie bariolée. Au fur et à mesure que les minutes passent, la température de la soirée monte en flèche. Les retrouvailles entre l’artiste et ses fans, après plus de six mois de diète imposée par l’épidémie du Coronavirus, sont scellées. Dans son élément, Sidy a réussi son entrée en matière au Queen ex-Five (boîte de nuit sise aux Almadies). A quelques encablures de là, au Timis Night-Club, le Faramaren Wally Ballago Seck tenait aussi en haleine la marée humaine qui s’était massée sur la piste de danse. Dakar, sous ses habits de lumière, vibrait aux rythmes des décibels et renouait avec les chaudes soirées d’été. Plus on s’enfonce dans la chaleur de la nuit, plus les deux chanteurs s’époumonaient sur leurs podiums respectifs, devant une foule en extase. Il est presque 4 heures du matin, alors que les cœurs sont à la fête, une fumée blanche envahit le dancing du Queen. Une odeur âcre prend à la gorge et au nez le public médusé. Sur l’estrade, Sidy Diop et son orchestre font mine de résister. Des pompes à gaz lacrymogène viennent d’être lâchées dans l’enceinte de la boîte de nuit, obligeant l’assistance à se disperser à l’extérieur. Le chanteur est exfiltré par une horde de gros bras. Visiblement en colère, Sidy balance ses bras en l’air et râle à tout-va. C’est en larmes qu’il a été exfiltré à bord de son véhicule. Pendant ce temps, des membres de son staff et quelques-uns de ses fans crient au scandale. La soirée s’est finalement terminée en queue de poisson, laissant un goût d’inachevé…


Sabotage ou Buzz orchestré ?


Le lendemain, dès les premières heures de la journée, les images de la soirée «sabordée» du «Golden Boy» font le tour de la toile. Les rumeurs de sabotage se répandent comme une trainée de poudre. A travers une vidéo, l’interprète de «hein-hein», s’est confondu en excuses. Il a tenu à adresser ses regrets à ses fans qui ont quitté la lointaine banlieue pour venir communier avec lui. «Depuis le début de ma carrière, on ne cesse de me mettre des bâtons dans les roues. Ce vendredi, des personnes malintentionnées ont saboté ma soirée en lançant une pompe à gaz. Ils essaient de m’intimider, mais c’est peine perdue, car je ne suis pas un peureux. Leur stratagème ne passera pas, c’est loin de m’ébranler. La concurrence existe dans le show-biz et elle ne date pas de maintenant. Seulement, une chose pareille est sans précédents. Ce qui est le plus déplorable, c’est qu’ils auraient pu blesser quelqu’un. Je n’accepterai plus qu’on mette en péril la vie de mes fans. Je ne suis pas née dans une famille d’artistes, j’ai gravi les échelons pour en arriver là. Je suis devenu une réalité dans la musique et personne ne peut le nier», a-t-il soutenu, le ton grave. Avec des mots à peine voilés, Sidy Diop laisse entendre que les fauteurs de trouble se trouvent dans le camp de la concurrence. Le mot est lâché !


Wally Seck accusé, comment une vidéo du chanteur a mis le feu aux poudres


Son producteur Matar Diop du label Soubatel-Music, lui, est beaucoup plus radical. Au bout du fil, il ne met pas de gants pour indexer Wally Ballago Seck qui se produisait le même jour. Mieux, ils avaient flairé le coup depuis quelques jours. A l’en croire, le «Faramarène» avait ouvert les hostilités en déclarant dans une vidéo où il faisait la publicité de sa soirée : «Wure ba dem na kang.» (C’est fini ! : Ndlr) Comme pour dire que les dés sont pipés et qu’il n’y avait pas de place pour la concurrence. Sidy Diop et son staff l’ont alors pris au mot avant de lancer la contre-offensive. Ils ont donc monté une vidéo dans laquelle Wally prononce cette fameuse phrase et à sa suite, Sidy affirme que «faw dieuleu am» (le duel aura bien lieu et qu’il y aura un vainqueur). Pour renchérir, une affiche est également partagée sur les réseaux sociaux. On y voit Wally Seck et Sidy Diop se faisant face. Wally porte ses mains à sa tête, comme s’il était désemparé, tandis que Sidy, lui, affiche un flegme. La bataille psychologique est engagée, en prélude au combat sur la scène. «C’est du Marketing et je l’ai fait de mon plein gré pour entretenir la polémique. C’est une stratégie et cela nous a plutôt réussi, la preuve : la salle était pleine à craquer et il y avait près de 500 personnes. C’est cela qui a fait trembler l’autre partie. Nous savons qu’ils sont derrière ce sabotage et nous ne les laisseront pas atteindre leurs objectifs. Sidy Diop est un artiste confirmé, il a fait ses preuves et va continuer à briller, qu’on le veuille ou non», argumente Matar Diop.


Soubatel-Music agite une plainte contre X, Latyr Diop, gérant du Queen, saisit la gendarmerie de Ngor


Ce dernier a par ailleurs révélé qu’il ne va pas s’en arrêter là, puisqu’il va déposer une plainte contre X et laisser la justice faire la lumière sur cette affaire qui porte atteinte à son poulain. Le gérant de la boîte de nuit où se sont produits les faits, Latyr Diop, a déjà pris les devants en saisissant la gendarmerie de Ngor. Il a également renforcé la sécurité de son établissement pour parer à d’éventuels coups de ce genre. «Nous ne savons pas comment le ou les individus ont pu s’introduire dans les locaux en trompant la vigilance des hommes préposés à la sécurité, ainsi que le système. Toutefois, il faut savoir que les pompes à gaz peuvent être indétectables. En tout état de cause, nous allons y remédier en renforçant davantage notre sécurité» avoue-t-il.


Le camp du «Faramarène» oppose un mépris


Du côté du fils de Thione Ballago Seck, on semble minimiser cette affaire. Au bout du fil, Amadou Koné, manager de Raam Daan, n’a pas voulu commenter les accusations portées à l’endroit de Wally Seck. Pendant ce temps, la théorie d’un «Buzz» savamment orchestré par le camp de Soubatel-Music a enflé dans les coulisses du show-biz. Des éléments sonores et écrits qu’on prête à la clique de Sidy Diop, dont Matar Diop lui-même, ont circulé sur les réseaux sociaux. Seulement, eux s’en lavent les mains et parlent d’une vaine campagne de diabolisation. «Nous n’avons aucun intérêt à organiser une soirée, à inviter des gens, pour ensuite lâcher des gaz lacrymogènes. C’est absurde, juste pour avoir du buzz, nous n’allons jamais prendre le risque de mettre en danger la santé ou la sécurité de ces personnes-là. Ces audios et ces discussions WhatsApp qu’on partage, ont été crés de toutes pièces pour essayer de nous déstabiliser. Mais ils perdent leur temps», a affirmé Matar. Voilà qui est dit !


MARIA DOMINICA T. DIEDHIOU

#DifférendWallySeck-SidyDiop #Show-Biz #Plainte #GendarmeriedeNgor

Cet article a été ouvert 51 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iPhone et iPad
*Bientôt disponible sur Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial