Elle agresse sa belle-mère et vole ses bijoux en or d'une valeur de 50 millions FCFA 

mercredi 6 avril 2022 • 1429 lectures • 0 commentaires

Faits-Divers 5 mois Taille

Elle agresse sa belle-mère et vole ses bijoux en or d\'une valeur de 50 millions FCFA 

PUBLICITÉ

Coumba Diouf risque la réclusion criminelle à perpétuité si le tribunal suit le réquisitoire du parquet. La mise en cause, âgée de 32 ans, aurait agressé sa belle-mère libanaise avant de soustraire frauduleusement ses bijoux en or et des numéraires d’une valeur de 50 millions de FCfa.

Un dossier hors norme. Un vol aggravé sur lequel, plane l'ombre d'une belle-fille désignée comme étant l'agresseuse de sa belle-mère de 88 ans. La Chambre criminelle de Dakar a jugé hier cette histoire de vol avec violence, usage d'arme et de fausse clef. Coumba Diouf, belle-fille de la victime, est accusé d’avoir agressé sa belle-mère en la torturant atrocement avant de lui soutirer frauduleusement des numéraires et des bijoux, le tout d'une valeur de 50 millions de FCfa. Elle risque une réclusion criminelle à perpétuité, si le tribunal suit le réquisitoire du parquet. Les faits remontent au courant du mois de juin 2019. Ce jour-là, la victime de 88 ans était seule dans son appartement. Vers 6 heures du matin, alors que la vieille dame était encore dans les bras de Morphée, l'agresseuse qui détenait, par devers elle, une doublure de la clef, s'est introduite dans l'appartement. Elle a tiré la victime violemment hors du lit avant de la traîner de pièce en pièce. Emmitouflée dans une djellaba de couleur claire, elle brandissait par l’autre main une arme blanche avec laquelle elle la sommait de la guider vers le coffre-fort où elle garde ses bijoux. La dame a tenté de riposter en la mordant, mais elle ne faisait pas le poids face à son agresseuse. Elle finit par obéir et la voleuse soustrait frauduleusement dans le coffre la somme de 1,4 million de FCfa, 4 000 Dollars (2 386 000 de FCfa) et des bijoux en or, le tout estimé à une valeur de 50 millions de FCfa. Après son départ, la victime avait alerté de suite ses fils, dont Imath, époux de la présumée voleuse. C’est en catastrophe que tous ses enfants avaient rappliqué, notamment la mise en cause, Coumba Diouf, et son mari. Ils avaient trouvé leur mère blessée à l’avant-bras gauche et la bouche maculée de sang. Admise à l’hôpital, elle s’en est sortie avec une Incapacité temporaire  de travail (Itt) de 25 jours. Après une plainte contre X, une enquête a été ouverte. Les premiers éléments de preuves mettaient au banc des accusés la belle-fille de la victime, Coumba Diouf. Celle que la victime affectionnait le plus parmi ses belles-filles. Celle avec qui elle entretenait une relation privilégiée. La vidéo de surveillance émanant de la maison voisine montrait une physionomie qui correspond parfaitement à la morphologie de l’accusée. Une géolocalisation de son téléphone a renseigné qu’elle y était ce jour-là. Des enquêtes plus poussées ont aussi révélé que la victime s’était rendue au marché Sandaga, puis au marché Tilène chez des bijoutiers. C’est sur la base de ses preuves qu’elle a été ainsi arrêtée un mois après les faits. Entendue, elle avait tenté de nier les faits, avant de faire volteface après avoir été confondue par les vidéos de surveillance.
Trois ans après, elle a comparu hier devant la Chambre criminelle de Dakar. Devant la barre, elle a nié les faits. A l’en croire, le veille de l’agression, sa belle-mère l’avait convoquée chez elle pour lui céder une partie de ses bijoux pour le compte de sa fille. Étant donné que sa fille de 12 ans ne pouvait pas en user à cause de son jeune âge, elle a décidé de vendre l’or pour pouvoir subvenir à leurs besoins. Mais le témoignage des frères Lam, épinglés dans ce dossier pour recel, l’a carrément enfoncée. Mamadou Lam et ses frères, comparus libres, ont soulevé une relation de confiance entre eux et l’accusé avant de reconnaître avoir acheté d’elle une pièce d’or à 800 000 FCfa. Son mari Imath a tenté de la sauver malgré les preuves établies par les enquêteurs. Il a même agi la thèse du désistement. Le procureur de la République a requis la réclusion criminelle à perpétuité pour Coumba et l’acquittement pour les fréres Lam. La défense a soulevé la thèse de l’immunité parentale par alliance et a demandé la relaxe au bénéfice du doute. Délibéré au 19 avril prochain.
AWA SECK

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 1429 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial