La Ligue Pro, le milliard de FCFA et la renégociation des contrats

jeudi 18 novembre 2021 • 220 lectures • 0 commentaires

Sports 1 semaine Taille

La Ligue Pro, le milliard de FCFA et la renégociation des contrats

PUBLICITÉ

Avec un budget prévisionnel d’un milliard de FCfa, la Ligue sénégalaise de football professionnel (Lsfp) compte prendre enfin le chemin du professionnalisme. L’instance souhaite retrouver son autonomie avec la reconquête des sponsors tout en comptant sur le soutien de la fédération et de l’État. 

La saison 2021-2022 s’annonce croustillante. Comme l’alléchant derby de la banlieue devant opposer l’As Pikine au Guédiawaye Fc pour démarrer la saison, ce vendredi sur la pelouse du stade Alassane Djigo de Pikine. Cette saison, la Ligue Pro entend mettre les petits plats dans les grands pour faire vraiment du professionnalisme. La structure désormais dirigée par Djibril Wade, mise sur un budget prévisionnel d’un milliard de FCfa avec l’objectif de retrouver son autonomie financière d’antan. L’équipe de Djibril Wade compte bien, à travers différentes démarches, hisser le football local au plus haut niveau. La recherche de partenariat est la première alternative qui se présente aux dirigeants du football local pour remplir les caisses de la Ligue Pro. «Nous sommes en train de renégocier le contrat avec Orange, avec la Lonase, avec le Port Autonome de Dakar ainsi qu’avec d’autres entreprises», explique Pape Momar Lô. Le vice-président de la Lsfp affirme que le retrait de ces sponsors est à l’origine de la perte de l’autonomie financière de la Lsfp. Ces deux grandes entités faisaient entrer à hauteur de 400 millions FCfa dans les caisses de la Ligue Pro. Et cette somme lui permettait de boucler l’ensemble de son fonctionnement. «La Lsfp est resté autonome pendant huit ou neuf ans, mais c’est la perte de ses deux sponsors phares qui bouclaient pratiquement l’ensemble de son fonctionnement à hauteur de 300 ou 400 millions, qui nous a déstabilisés. Quand on perd un partenaire aussi important dans son dispositif, forcément il y aura des répercussions sur le plan financier. Les sponsors qui nous restent ne peuvent pas couvrir l’ensemble des charges qui sont liés au fonctionnement de la Ligue.» L’autonomie financière passera donc, selon le chargé des compétitions et de la Communication, par le retour de sponsors. 
Le vice-président renseigne par ailleurs que d’autres alternatives sont mises en place par la Ligue sénégalaise de football professionnel. La structure qui traverse des périodes financières assez difficiles, compte bien relever les défis avec l’aide de la Fédération sénégalaise de football (Fsf) ainsi que celle de l’Etat du Sénégal. «La Fédération accompagne, depuis l’année dernière, la Ligue. C’est un accompagnement qui nous a permis de payer les honoraires des arbitres. Il est toujours en cours d’exécution. La Fédération et la Ligue sont en train de tout faire pour exécuter correctement cette initiative salutaire», affirme M. Lô. «Nous sommes sous la responsabilité de la Fédération, c’est impératif qu’ils aient un œil sur la gestion de la Ligue, même si on est autonome. Nous travaillons avec la Fédération pour mutualiser nos forces, combler nos gabes et retrouver notre autonomie», assène le vice-président. «L’Etat doit accompagner la Ligue, c’est une chose obligatoire. La Lsfp est une entreprise qui emploie près de 1 800 jeunes sénégalais qui sont des salariés. Elle participe à la réduction du taux de chômage, à faire l’activité sportive dans le pays, à développer le football local. Les présidents de clubs sont des chefs d’entreprise qui investissent pour leur pays sans en tirer un profit», explique notre interlocuteur. 

PUBLICITÉ


La Lsfp, une instance qui croule sous le poids des dettes
Cependant, la Ligue Pro est loin de retrouver son autonomie. En effet, la Lsfp doit une somme conséquente à plusieurs clubs. Pape Momar Lô a bien confirmé les nombreuses dettes de l’institution. Des dettes qui tournent autour de 140 millions de FCfa, voire même plus. «Nous devons de l’argent aux quatre derniers champions de la Ligue 1 et de la Ligue 2. Une dette qui tourne autour de 130 à 140 millions de FCfa», révèle-t-il. Le second de la Ligue Pro va même jusqu’à dire que cela fait partie des objectifs majeurs, car c’est inclus dans le budget de cette saison. Quant à la somme due aux arbitres depuis la saison dernière, le chargé de la communication fait savoir que c’est la «Fédération qui a résolu une partie des dettes que nous devons aux arbitres, pratiquement les 80%». L’idée, pour cette nouvelle saison, est de faire en sorte que les clubs puissent sentir la Ligue qui fait des efforts pour éponger ces dettes, car c’est un nouveau défi que le nouveau bureau compte relever, fait-il savoir. A quelques heures du démarrage de la saison avec cette affiche qui fait saliver les amateurs du ballon rond, la Ligue est revenue sur les points focaux pour avoir un match de haut niveau. Parlant du dispositif sécuritaire qui constitue un des enjeux les plus grands de ce choc, Momar Lô qui affirme prendre acte des dernières scènes de violences entre les supporters des deux clubs, affirme que tous les dispositifs sont en train d’être pris pour que tout puisse se dérouler de la meilleure des manières. 
SILEYE NGUETTE

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 220 fois.

Publié par

Namory BARRY

admin

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Ndiaga Ndiaye

Directeur de publication

Service commercial